Pourquoi le général Lecointre est-il accusé d'avoir «collaboré» avec un génocidaire rwandais ?

Pourquoi le général Lecointre est-il accusé d'avoir «collaboré» avec un génocidaire rwandais ?© Anne-Christine Poujoulat Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron et le nouveau chef d'état-major des armées, le général François Lecointre

Dans les colonnes de l'Humanité, Jacques Morel, spécialiste de l'Afrique, a affirmé que François Lecointre avait «défend[u] les auteurs du génocide rwandais». En 1994, l'actuel chef d'état-major était en poste au Rwanda lors de l'opération Turquoise.

«De fait, le nouveau chef d’état-major [le général François Lecointre] défendait les auteurs du génocide rwandais», a accusé Jacques Morel, spécialiste de la politique française en Afrique et auteur du livre La France au coeur du génocide des Tutsi, dans un entretien accordé le 21 juillet au journal L'Humanité.

A peine nommé chef d'état-major des armées en remplacement du général Pierre de Villiers, François Lecointre pourrait d'ores et déjà faire face à une polémique de long terme : celle du rôle des militaires français lors du génocide rwandais.

Jacques Morel a étayé ses allégations en affirmant, entre autres, que François Lecointre avait «collaboré» avec Alfred Musema, le directeur d'une usine à thé qui avait rendu possible l'hébergement dans celle-ci de soldats de l'armée française, en juillet 1994. 

Problème : impliqué dans le génocide des Tutsis, Alfred Musema a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité le 27 janvier 2000 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Or, selon Jacques Morel, une lettre rédigée par François Lecointre et adressée le 18 juillet 1994 à Alfred Musema attesterait d'une relation «cordiale» entre les deux hommes. «Au lieu d’enquêter et de l’arrêter, Lecointre a collaboré avec lui», ajoute le spécialiste.

Selon Jacques Morel, «l’armée française est mouillée jusqu’au cou [au Rwanda]». Dans les colonnes de L'Humanité, il n'a d'ailleurs pas hésité à élargir ses accusations en mentionnant nommément  l’actuel sous-chef d’état-major « opérations », Grégoire de Saint-Quentin, ainsi que le général Bruno Guibert, commandant de l’opération Barkhane au Sahel. 

Au moment des massacres perpétrés par les Hutus contre les Tutsis, François Lecointre était capitaine d'infanterie de marine. Il était en charge du secteur de la commune de Gisovu dans le cadre de l'opération militaire française Turquoise, déclenchée en 1994 au Rwanda pour mettre fin aux massacres. 

Lire aussi : Le Rwanda veut enquêter sur le rôle de vingt responsables français dans le génocide de 1994

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»