«Je suis petite-fille de couturière !» : une députée LREM joue la lutte des classes face à Ruffin

«Je suis petite-fille de couturière !» : une députée LREM joue la lutte des classes face à Ruffin Source: AFP
Olivia Grégoire, députée LREM de Paris

Olivia Grégoire n'a pas apprécié que François Ruffin oppose la réforme du travail portée par la majorité aux conditions de vie des travailleurs. Et pour se défendre, cette députée LREM diplômée des grandes écoles a dû recourir... à sa grand-mère.

Le député de la France insoumise François Ruffin a évoqué son film Merci patron ! à la tribune de l'Assemblée nationale le 13 juillet dernier, afin d'étayer ses critiques contre la réforme du code du travail engagée par le gouvernement, et notamment le sort réservé aux couturières du groupe LVMH par la direction de leur entreprise. Pour lui répondre, la députée La République en marche (LREM) Olivia Grégoire a alors jugé pertinent de mettre en avant la profession... de sa grand-mère.

«Il m'arrive dans les couloirs ou à la buvette de l'Assemblée de croiser un certain nombre de députés LREM qui viennent me voir pour me dire : "Votre film était vraiment formidable !". Et je me dis : "Mais qu'est-ce qu'ils en ont compris ?"», a lancé François Ruffin aux députés de la majorité. Citant un exemple précis tiré de son documentaire à succès, le député de gauche a alors expliqué que le salaire de Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, correspondait à «365 000 années de salaire d'une couturière» du même groupe, alors que la direction, pour justifier des délocalisations vers la Pologne, mettant en avant le coût du travail de ces dernières. Selon lui, la réforme du code du travail défendue par les élus de la majorité ne ferait qu'accentuer cette logique.

Un minimum de respect pour les origines sociales de chacun, et notamment pour les couturières !

Chargée de lui répondre, la députée LREM Olivia Grégoire s'est sentie mise en cause personnellement. «Nous ne sommes ni des banquiers, ni des héritiers», s'est-elle défendue, accusant François Ruffin de manquer de respect à ses collègues de la majorité. Selon elle, le député de la France insoumise jugerait de la légitimité des députés à réformer le droit du travail en fonction de l'origine sociale. De manière quelque peu paradoxale, elle a alors jugé opportun, pour asseoir sa légitimité, de mettre en avant... ses origines sociales.

«Je suis petite-fille de couturière !», s'est alors exclamé Olivia Grégoire. «Un minimum de respect pour les origines sociales de chacun, et notamment pour les couturières !», a-t-elle ajouté, sous les applaudissements des autres députés LREM. Peut-être Olivia Grégoire, chef d'entreprise de son état, a-t-elle décidé de convoquer les origines de sa grand-mère par crainte de ne pas correspondre à l'archétype de la députée issue du monde ouvrier ? Scolarisée au lycée privé Sainte-Marie de Neuilly-sur-Seine, l'un des établissements scolaires les plus réputés dans l'une des villes les plus riches de France, elle a en effet poursuivi ses études à SciencesPo. et à l'ESSEC... avant d'intégrer l'équipe de Jean-Pierre Raffarin à 24 ans.

Outre une tentative de former un recours constitutionnel contre le texte, la France insoumise participera à la journée de mobilisation contre la réforme du code du travail lancée par la CGT et SUD et prévue pour le 12 septembre prochain. Jean-Luc Mélenchon a par ailleurs annoncé un rassemblement supplémentaire à Paris le 23 septembre, conçu comme «un élargissement du champ de la mobilisation dans des secteurs qui ne sont pas directement concernés par l'activité syndicale», notamment les étudiants ou retraités.

Lire aussi : «Pourquoi pas au McDo?» : un élu LREM juge «extraordinairement dangereux» qu'on contrôle ses frais

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.