La France insoumise manifeste à Paris contre le «coup de force» de Macron au Congrès (VIDEO)

- Avec AFP

Après l'intervention fleuve du président à Versailles, boycottée par La France insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon s'est donné rendez-vous place de la République à Paris afin de dénoncer le discours du président.

Les parlementaires de la France insoumise, qui avaient décidé de se «rebeller» et de ne pas assister à l'intervention du président de la République à Versailles, ont organisé une manifestation à Paris afin de contester ce qu'ils estiment être un «coup de force» d'Emmanuel Macron.

Sur les réseaux sociaux, le leader du parti Jean-Luc Mélenchon avait déjà fustigé le discours du président. «Interminable pluie de truismes à Versailles. Faux marbre, bonapartisme surjoué, européisme bêlant, ennui mortel», avait commenté le leader de la France insoumise sur son compte Facebook.

«Nous n'y sommes pas allés [au Congrès], parce que nous avons parfaitement compris le message», a expliqué à Jean-Luc Mélenchon devant ses partisans.

«Quand le président de la République parle avant que le Premier ministre ne l'ait fait lui-même devant l'Assemblée nationale, il se passe quelque chose d'important dans l'ordre institutionnel», a-t-il développé, en allusion au choix d'Emmanuel Macron de s'exprimer à la veille de la déclaration de politique générale d’Édouard Philippe.

«L'ordre républicain aurait voulu que d'abord le Premier ministre parle, que l'Assemblée vote [la confiance à Edouard Philippe] et puis, s'il le veut absolument, que le chef de l’État fasse connaître sa vision d'ensemble», a-t-il poursuivi, en s'estimant «placé dans la situation qui est celle de la monarchie et rien d'autre». Prédisant que le discours d'Edouard Philippe le 4 juillet serait «une laborieuse répétition par le collaborateur du président de la République», Jean-Luc Mélenchon a vu dans cette situation un «coup de force politique».

Selon le leader de la France insoumise, ce coup de force sera suivi par «un coup de force social», à savoir la réforme du code du travail par ordonnances, et qui se prolonge par un coup de force contre les usages de la démocratie, en allusion au projet de faire entrer l'état d'urgence dans le droit commun via un projet de loi antiterroriste.

Jen-Luc Mélenchon s'est également insurgé contre la proposition d'Emmanuel Macron de réduire d'un tiers le nombre de parlementaires. «Ne vous laissez pas intimider par ce populisme démagogique du chef de l’État. Vous n'avez pas trop de députés. Faites attention à la démagogie antiparlementaire», a-t-il lancé à ses partisans.

Auteur: RT France

Des parlementaires du parti communiste avaient eux tenu un rassemblement en parallèle de l'intervention du président afin de ne pas «cautionner la dérive monarchique du pouvoir».

Lire aussi : «Sermon de télévangéliste», discours d'un «ennui mortel»... L'opposition fustige Macron à Versailles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»