Les salariés de GM&S ont mis le feu dans leur usine après l'échec des négociations

Les salariés de GM&S ont mis le feu dans leur usine après l'échec des négociations© @lucas_rtfrance
Suivez RT France surTelegram

Les salariés de GM&S Industry ont annoncé qu'ils venaient d'allumer des feux dans leur usine, constatant l'échec des négociations pour la reprise de leur entreprise. Alors que les 277 emplois du site sont menacés, ils veulent «hausser le ton».

Un communiqué de la CGT publié le 27 juin annonce que les salariés de l'équipementier automobile creusois GM&S Industry ont décidé de mettre le feu à l'intérieur de leur usine. Des photos publiées sur les réseaux sociaux révèlent d'ailleurs que cette décision radicale a immédiatement pris effet.

«Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés ont décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l'usine», se contente d'annoncer le communiqué.

Un salarié de l'usine a répondu aux questions de RT France pour expliquer la situation sur place. «On a mis le feu dans l'usine», annonce-t-il, expliquant vouloir protester contre d'éventuelles suppressions d'emploi. «Les constructeurs nous ont une énième fois dit "fuck", ce qui fait que vendredi [30 juin] on va vivre une liquidation et dans 15 jours les premiers licenciements tomberont», ajoute-t-il.

Bruno Le Maire assure mobiliser «toutes les énergies» pour empêcher la liquidation judiciaire

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a estimé de son côté qu’il n’y avait «pas un instant à perdre» pour qu’une offre ferme soit déposée pour la reprise de l’équipementier, et assuré mobiliser «toutes les énergies» pour y parvenir.

«J’ai eu très longuement le patron de Peugeot, Carlos Tavares, hier, j’ai eu longuement au téléphone le président de Renault, Carlos Ghosn, aujourd’hui, pour leur demander d’investir à nouveau dans cette entreprise pour lui garantir un carnet de commandes sur le long terme», a-t-il précisé.

Interrogé sur la réponse que lui ont réservé les deux patrons, le ministre de l'Economie a répondu que les discussions se poursuivaient et que «rien [n'était] facile». Le ministre a par ailleurs dit avoir aussi discuté avec le repreneur, pour lui demander de faire un effort sur son offre, ainsi qu’avec le président de la région, Alain Rousset, pour voir si lui aussi pouvait contribuer. Reconnaissant qu’il s’agissait d’un «dossier difficile», il espère malgré tout qu'une offre ferme soit déposée avant que le tribunal de commerce ne rende sa décision, le 30 juin.

Il y a quelques jours, le tribunal de commerce de Poitiers avait repoussé d'une semaine le rendu de sa décision, notamment afin de permettre la tenue d'une réunion au ministère de l'Economie le 27 juin. Ce «processus de négociations» avec l'Etat et les constructeurs PSA et Renault, principaux clients de GM&S, ne semble pas avoir satisfait les quelques 277 salariés dont l'emploi est menacé.

La CGT dénonce la «promesse non tenue» du président Emmanuel Macron, qui s'est selon elle engagé, lors de sa rencontre avec les salariés le 9 juin au cours d'un déplacement en Haute-Vienne, à «contacter lui-même plusieurs partenaires et repreneurs potentiels, en plus de GMD». Deuxième employeur privé de la Creuse, l'entreprise est en redressement judiciaire depuis le mois de décembre 2016.

Lire aussi : Liquidation de GM&S : il suffirait à Macron de «passer un coup de fil», lance Mélenchon (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix