Miramas, la twittosphère hésite entre incrédulité et inquiétude

Base militaire de Miramas (capture écran compte Twitter)
Base militaire de Miramas (capture écran compte Twitter)

Après l'annonce du vol de tout un arsenal sur la base militaire de Miramas, les réseaux sociaux s'agitent, d'autant que les enquêteurs n'écartent aucune hypothèse, de la piste de l'attaque terroriste à celle du grand banditisme.

Du côté des hommes politiques, ce sont les membres du Front National qui se sont montrés les plus actifs et les plus virulents sur tweeter.

En savoir plus : Au moins 150 explosifs dérobés dans une caserne des Bouches-du-Rhône

Etonnamment, le parti Les Républicains garde sur ce sujet un silence prudent, voire circonspect. Quant au Parti socialiste et aux membres du gouvernement, ils n'ont pas encore communiqué sur cette question, dans l'attente sans doute d'un communiqué officiel du minsitère de l'Intérieur.

La twittosphère, quant à elle, oscille entre exaspération, inquiétude et incrédulité devant ce vol.

Certains n'hésitent pas à souligner l'inanité d'une Loi sur le renseignement qui n'aura pas permis d'empêcher ce vol.

D'autres enfin, tournent en dérision les «pieds nickelés» de l'armée française.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales