Tentative d'attentat sur les Champs-Elysées : le conducteur était armé, une enquête ouverte (IMAGES)

Un véhicule a explosé après avoir heurté un fourgon de la gendarmerie sur les Champs-Elysées. Le conducteur, mort dans l'attaque, a été interpellé en possession d'une arme. La police privilégie un «acte volontaire». Il n'y aurait pas de victimes.

Vers 15h40 le 19 juin, un véhicule a explosé en percutant un fourgon de gendarmerie sur les Champs-Elysées à Paris, sans faire de blessés. Le conducteur du véhicule, grièvement blessé, a été interpellé, en possession d'une arme. Selon les informations relayées par plusieurs chaînes télévisées, le propriétaire de la berline, décédé dans l'attaque, faisait l'objet d'une fiche S et serait âgé de 31 ans.

Alors que la police privilégie un acte «volontaire», une kalachnikov, des cartouches et une bonbonne de gaz ont été retrouvées à bord de son véhicule. Le procureur de Paris a annoncé que la section antiterroriste du parquet de Paris avait ouvert une enquête de flagrance. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est rendu sur place, confirmant que l'attaque «visait les forces de sécurité». Il a évoqué une «tentative d'attentat».

Des témoins racontent avoir vu des gens courir pour fuir le secteur où l'incident, dont on ignore encore la nature, s'est produit. 

La police, rapidement intervenue, a bouclé le périmètre. Les Champs-Elysées, d'ordinaire très animés, se sont vidés en quelques minutes.

La préfecture de police de Paris a appelé les Parisiens à éviter le secteur.

La RATP a également annoncé la fermeture de la station de métro desservant l'endroit où a eu lieu l'incident, en bas des Champs-Elysées.

C'est la deuxième fois en moins d'un mois que les forces de l'ordre sont prises pour cible. Le 8 juin 2017, un individu isolé s'est attaqué aux forces de l'ordre en faction sur le parvis de Notre-Dame à Paris, invoquant l'action de la France en Syrie dans le cadre de la coalition occidentale. Ces attaques s'ajoutent à une liste qui commence à s'allonger sérieusement, alors que l'état d'urgence, promulgué après les attentats de Paris en novembre 2015 est toujours en vigueur.

Lire aussi : Police, armée, gendarmerie : la liste des attentats contre les forces de l'ordre depuis Magnanville

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»