Un maire LR suscite un tollé en demandant à H&M d'interdire le voile à ses vendeuses

Un maire LR suscite un tollé en demandant à H&M d'interdire le voile à ses vendeuses© Atta Kenare / AFP
Une exposition de mode à Téhéran, en Iran, en décembre 2014

Des militants antiracistes sont montés au créneau après que le maire d'une commune des Alpes-Maritimes a écrit aux gérants d'une boutique, leur demandant de proscrire le voile à leurs employées, afin selon lui de respecter l'identité républicaine.

Déclarant avoir pris connaissance de «nombreuses plaintes d’administrés et de clients, gênés par la tenue vestimentaire à caractère religieux» d’employées d’une boutique H&M de Mandelieu-la-Napoule, le maire de cette commune des Alpes-Maritimes, Henri Leroy, a envoyé une lettre à ses gérants.

Dans le courrier, reproduit dans le journal mensuel de la commune et cité par Libération le 13 juin, l’édile, qui évoque explicitement le foulard islamique, rappelle l'attachement de sa commune à «l’identité républicaine et la neutralité religieuse».

S’il explique s’appuyer sur deux textes de loi permettant selon lui à une entreprise d’interdire les signes religieux sur le lieu de travail, certains, sur Twitter, se sont dits outrés.

«Henri Leroy, vous avez vraiment écrit cette lettre de la honte ?», s'est offusquée la militante antiraciste Feïza Ben Mohamed. 

«Un maire de la Côte d'Azur demande à H&M de pratiquer la discrimination à l'embauche», a jugé une autre.

«La mairie méconnaît la laïcité et s'immisce dans une affaire privée», a pour sa part estimé l'Observatoire de la laïcité, une commission autonome chargée de conseiller le gouvernement.

«Notre règlement intérieur permet à chacun de nos collaborateurs de s'habiller comme ils le souhaitent dans les limites fixées par la loi. Notre règlement intérieur n’interdit rien que la loi n’interdise elle-même», a répondu la direction nationale de la chaîne de magasins de vêtements, citée par Libération.

Lire aussi : Elisabeth Guigou voilée dans une mosquée : Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan condamnent

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.