Selon Marielle de Sarnez, quand François Bayrou lui apporte son soutien, il n'est pas ministre

Selon Marielle de Sarnez, quand François Bayrou lui apporte son soutien, il n'est pas ministre
Marielle de Sarnez arrive au Conseil des ministres le 31 mai 2017, photo ©Patrick KOVARIK / AFP

Le partage du tweet de Marielle de Sarnez par François Bayrou fait polémique. Pour la ministre, il n'y a pas de problème : François Bayrou peut aussi s'exprimer comme simple citoyen et sur Twitter, il n'est plus ministre de la Justice.

La distinction est subtile : il y a le François Bayrou, ministre de la Justice et patron des magistrats du Parquet et il y a le François Bayrou simple citoyen. Maire de Pau, tout au plus. C'est ce que la ministre chargée des Affaires européennes Marielle de Sarnez a fait savoir au micro d'Europe 1 ce 31 mai 2017 au matin. «C'est pas le ministre [qui tweete] François Bayrou c'est aussi un citoyen et il a le droit de s'exprimer sur Twitter en tant que tel», a-t-elle fait valoir. La veille François Bayrou – le citoyen – avait retweeté sur son compte le communiqué de Marielle Sarnez, exposant sa ligne de défense après l'ouverture d'une enquête pour «abus de confiance» à son encontre. Un soutien qui avait ému certains magistrats.

De fait, comme le relève le journaliste de France culture Frédéric Says, depuis le 30 mai – précisément – François Bayrou ne se présente plus sur Twitter comme «ministre d'Etat, garde des Sceaux [et] ministre de la Justice. Non, ce n'est que le maire de Pau qui s'exprime.

Contacté par Le Parisien, le cabinet de François Bayrou a précisé que sur Twitter, le ministre... n'était pas ministre. Il faudra donc y prendre garde, mais l'on se pose la question : que fait donc le maire de Pau loin des vertes Pyrénées atlantiques, perdu dans le léviathan du ministère de la Place Vendôme ?

Lire aussi : A peine nommé garde des Sceaux, François Bayrou convoqué au tribunal pour diffamation 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.