«Notre métier, ou notre argent !» : les chauffeurs de taxis se mobilisent à Paris contre les VTC 

Plusieurs centaines de taxis se regroupent place de la République à Paris après avoir mené des opérations escargot sur plusieurs grands axes en région parisienne. Ils réclament l'interdiction des «contrefaçons de taxi» ou un dédommagement financier.

Plusieurs centaines de chauffeurs de taxis comptent occuper la place de la République à Paris pour «une durée indéterminée», le temps que leurs revendications soient satisfaites par le nouveau gouvernement.

Lire aussi : Uber France condamné à verser 1,2 million d'euros à une organisation de taxis

Cela ne sera pas une mince affaire, car ces chauffeurs, menés par le Front de défense des taxis indépendants, réclament la suppression de toutes les «contrefaçons de taxi», à savoir les véhicules de tourisme avec chauffeurs (VTC), les chauffeurs LOTI, et les services de co-voiturage lucratifs.

En solution de substitution, les chauffeurs souhaiteraient le remboursement des pertes de valeur des licences taxis depuis plusieurs années, causées par le développement de ces nouveaux modes de transport.

Khalid Essaadi, leader de ce mouvement, s’oppose aux autres syndicats de taxis, estimant qu'ils les ont «mis dans le pétrin».

En réponse à de multiples mouvements sociaux qui ont secoué le secteur des transports privés depuis 2015, le Parlement a adopté en décembre 2016 la loi Grandguillaume visant à «pacifier» les relations dans le transport public de personnes. Le texte porté par le député Laurent Grandguillaume (PS) précise les obligations des plateformes VTC (obtention d'une carte professionnelle, interdiction de la maraude...) et les sanctions encourues en cas d'infraction.

Lire aussi : L'intersyndicale des chauffeurs de VTC appelle au boycott d'Uber

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales