Après la nomination d'Edouard Philippe comme Premier ministre, les réactions politiques affluent

Après la nomination d'Edouard Philippe comme Premier ministre, les réactions politiques affluent© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP Source: AFP
Le palais de Matignon

Le choix du député-maire du Havre comme premier Premier ministre a suscité de nombreux commentaires dans la classe politique, avec en ligne de mire la campagne des législatives.

Mise à jour automatique
  • Nathalie Kosciusko-Morizet, leader de l'opposition Les Républicains à Paris, a annoncé à l'AFP avoir signé l'appel d'élus de droite à saisir la main tendue du président Emmanuel Macron. «J'appelle les élus de la droite et du centre à adopter cette démarche constructive», a ajouté l'ex-ministre.

  • Selon Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains, «il s’agit plus de brouiller les cartes et de gêner l’opposition que de rassembler». «Il s’agit d’affaiblir la droite avant les élections législatives. Il s'agit de déstabiliser les électeurs. Cette stratégie est dangereuse car les extrêmes ne peuvent pas avoir le monopole de l’opposition», a-t-il ajouté dans un communiqué.

  • Marine Le Pen a pris acte d'une nomination «sans surprise». «La désignation de Monsieur Edouard Philippe à la fonction de Premier ministre confirme l'existence d'un système UMPS que l'on peut rebaptiser LREM», a-t-elle martelé. La candidate malheureuse à la présidentielle voit ainsi dans cette nomination, la «synthèse parfaite des deux quinquennats précédents». Et de préciser : «Un premier ministre LR pour soutenir un président de la République fils spirituel de François Hollande et qui recycle au sein de son mouvement En Marche un PS en voie de disparition.»

  • Après la nomination d'Edouard Philippe, le syndicat CFDT a mis en garde le prochain gouvernement. Il «ne sera pas acceptable que la question des moyens et des effectifs soit posée avant celle des missions», a fait savoir l'organisation syndicale, appelant à l'établissement rapide d'un «agenda social».

    Avant d'être élu président de la République, Emmanuel Macron prévoyait de réduire de 120 000 le nombre de fonctionnaires afin de réduire les dépenses publiques (50 000 dans la fonction publique d'Etat et 70 000 dans la fonction publique territoriale).

  • Egalement ménagé par La République en marche (LREM) pour les législatives, le juppéiste Gilles Boyer, candidat dans les Hauts-de-Seine et ami du nouveau Premier ministre Edouard Philippe, s'est dit pour sa part heureux de cette nomination.

    Edouard Philippe a «fait un choix politique différent», a toutefois souligné, Gilles Boyer, avant d'ajouter qu'il le respectait.

  • Considéré comme «ministrable», et dispensé d'adversaire de La République en marche dans sa circonscription, Thierry Solère a adressé sur Twitter ses félicitations à Edouard Philippe, le qualifiant d'«ami».

  • Eric Ciotti, secrétaire général adjoint des Républicains, évoque une opération de déstabilisation de la droite.

  • Le maire Rassemblememt Bleu Marine (RBM) Robert Ménard y voit pour sa part une nomination destinée à diviser les rangs du parti Les Républicains.

  • Pour Florian Philippot, la nomination d'un Premier ministre étiqueté Les Républicains vient étayer sa thèse de la persistance de l'«UMPS», c'est-à-dire d'une entente entre droite et gauche sur le dos des électeurs.

  • Nathalie Kosciusko-Morizet a fait part au nouveau Premier ministre de ses «salutations amicales». Dans sa circonscription pour les législatives, La République en marche n'a pas présenté de candidat. 

Découvrir plus

Si elle était annoncée, la nomination du juppéiste Edouard Philippe comme Premier ministre pourrait bien finir de dynamiter le paysage politique français. Celui-ci devra par ailleurs donner les premières impulsions de la politique qu'Emmanuel Macron veut mettre en œuvre, mais aussi de conduire la bataille des élections législatives de mai 2017.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales