Closer condamné en appel pour l'outing du frontiste Florian Philippot

capture d'ècran, http://www.parismatch.com
capture d'ècran, http://www.parismatch.com

Closer a été condamné en appel à verser 20 000 euros de dommages et intérêt au vice-président du Front National Florian Philippot. En décembre dernier, le magazine people avait publié des photos de lui avec un homme, présenté comme son compagnon.

«M. Philippot n'avait pas, à la date de la publication litigieuse, souhaité afficher publiquement son homosexualité [...] la révélation a été faite contre son gré» peut-on lire dans le jugement rendu par la Cour d'appel de Paris.

Le 12 décembre dernier, le magazine Closer avait en effet publié sur quatre pages sept photos de Florian Philippot prises à Vienne (Autriche) en compagnie d'un journaliste de télévision avec en couverture ce titre: «Oui à l'amour pour tous».

A la barre, le magazine s'était défendu en arguant de son droit à la liberté d'expression et de l'intérêt général d'un débat à propos de l'évolution de la position du FN sur la cause des homosexuels. A l'inverse les avocats de Florian Philippot avaient eux évoqué une véritable «traque subie» par leur client et une «atteinte portée à son intimité».

Ainsi pour les juges, l'homosexualité de Florian Philippot ne «relève pas d'un intérêt légitime du public devant lequel devrait céder la protection à laquelle l'individu a droit. [Aussi]cette information est fautive» détaille l'arrêt.

Condamné en première instance par le TGI de Paris, Closer avait fait appel, se disant surpris du montant «élevé» des dommages et intérêt à payer. Mais la cour a confirmé le montant en raison notamment de la volonté affichée par le magazine d'en faire un «scoop». L'information avait en effet provoqué un fort retentissement médiatique. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales