«La France à la croisée des chemins» : Nicolas Dupont-Aignan annonce qu'il soutiendra Marine Le Pen

«La France à la croisée des chemins» : Nicolas Dupont-Aignan annonce qu'il soutiendra Marine Le Pen
Nicolas Dupont-Aignan, le 28 avril 2017, photo ©Patrick KOVARIK / AFP

Lors du 20 heures de France 2, Nicolas Dupont-Aignan a officialisé son ralliement à Marine Le Pen, évoquant un accord de gouvernement. Le candidat a également déclaré qu'il ferait campagne avec la candidate du FN.

Après avoir rencontré Marine Le Pen ce 28 avril, Nicolas Dupont-Aignan a décidé de la soutenir et de faire campagne pour la candidate du Front national. «J'aurais pu me laver les mains du second tour, mais la France est à la croisée des chemins», a déclaré avec gravité le candidat de Debout la France, mais «tous ceux qui ont échoué en France sont aux côtés d'Emmanuel Macron».

Justifiant son ralliement par l'urgence, selon lui, «à sauver la France», Nicolas Dupont-Aignan a par ailleurs mentionné un «accord de gouvernement», lequel inclut des éléments du programme de Debout la France. Emmanuel Macron est un «Hollande puissance 10», a-t-il martelé, avant de poursuivre : «Marine Le Pen, ce n'est pas l'extrême droite.»

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan s'exprimeront lors d'une conférence de presse commune ce 29 avril.

Après son élimination au premier tour de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a fait durer le suspense pendant cinq jours. Bien qu'arrivé en 6e position du premier tour, ses quelque 4,7% de voix pourraient s'avérer déterminantes pour Marine Le Pen.

Remous chez Debout La France

L'annonce de son ralliement à la candidate frontiste a suscité des remous au sein de Debout La France, dont le responsable du projet politique Eric Anceau a annoncé qu'il renonçait à ses fonctions. «Je continuerai à combattre de toutes mes forces la politique destructrice de Macron», a-t-il précisé dans la foulée.

Dominique Jamet, vice-président du parti de Nicolas Dupont-Aignan, a lui aussi démissionné de ses fonctions après l'officialisation du soutien à Marine Le Pen, rapporte le journal Le Parisien, précisant qu'il n'appellait pas lui non plus à voter pour Emmanuel Macron.

Plusieurs autres membres de Debout La France ont salué la décision de leur président de se rallier à la candidate. «C'est un choix très courageux, mais pas un chèque en blanc. Un choix contre des garanties programmatiques solides qu'il détaillera sûrement dès demain [29 avril]. Notamment sur le volet humaniste de notre projet présidentiel», a commenté à l'AFP Damien Lempereur, délégué national de DLF.

Le secrétaire général adjoint de Debout la France, Laurent Jacobelli, a lui approuvé le «courage» de Nicolas Dupont-Aignan, «qui prend ses responsabilité».

Lire aussi : «Fatigue électorale» : la vie politique peut se recomposer lors des législatives

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales