Nouvelle-Calédonie : face au cyclone Cook, l'alerte maximale a été déclenchée (IMAGES)

Nouvelle-Calédonie : face au cyclone Cook, l'alerte maximale a été déclenchée (IMAGES)© Compte Twitter @la1ere
Capture d'écran d'une vidéo de Nouvelle Calédonie 1ère

Qualifié de «menace très sérieuse» par les autorités, le cyclone Cook s'abat en ce moment sur la Nouvelle-Calédonie. Près de 20 000 foyers sont déjà privés d'électricité dans l'archipel, malgré un important dispositif de sécurité.

L'alerte maximale de niveau 2 a été déclenchée le 10 avril en Nouvelle-Calédonie, alors que le cyclone Cook a commencé à s'abattre sur les côtes de l'archipel français du Pacifique.  

Les habitants redoutent des vagues hautes de 10 mètres, des vents pouvant atteindre 200km/h et des inondations. Les réseaux sociaux ont déjà fait état de coupures d'électricité en divers points de l'île ainsi que de la présence de branchages sur les routes. Près de 20 000 foyers sont privés de courant.

Selon des informations diffusées à 14h par la chaîne Nouvelle-Calédonie 1ère, le cyclone s'éloignerait vers l'Australie mais les autorités ont maintenu l'alerte de niveau 2.

«L’alerte 1 est une cessation progressive d’activités. Lorsque l’alerte 2 est déclenchée, tout le monde doit déjà être chez soi et on n’en bouge plus !», a rappelé Eric Backès, directeur de la Sécurité civile, sur le site des autorités de Nouvelle-Calédonie.

«Chaque année, on a affaire à des personnes qui, par leurs comportements non citoyens, mettent non seulement leur vie en danger, mais également celle des équipes de secours, en s’aventurant dehors durant le passage du cyclone ou après, lorsque les vents semblent se calmer. Mais la consigne est claire : il faut attendre que l’alerte 2 soit levée avant de sortir de chez soi !», a martelé Eric Backès. 

La plupart des communes de l'archipel ont ouvert des centres d'hébergement à l'approche du puissant cyclone. En outre, la ville de Nouméa a déclenché son plan communal de sauvegarde et a mis en place le ramassage de personnes qui résident dans des habitats précaires (environ 10 000 individus) et des personnes ne se sentant pas en sécurité.

«La menace sur la Nouvelle-Calédonie est très sérieuse et le temps restant doit être mis à profit pour se préparer à l'arrivée du phénomène», avait préalablement déclaré la direction de la sécurité civile dans un communiqué. Le président du gouvernement calédonien, Philippe Germain, avait de son côté affirmé : «Depuis [le cyclone Erika de 2003], la Nouvelle-Calédonie n'a pas connu de cyclone majeur, il faut donc inciter les Calédoniens à être prudents et à se protéger.»

En mars 2003, la Nouvelle-Calédonie avait été durement frappée par le cyclone Erika. Trois personnes avaient perdu la vie et certaines infrastructures de l'archipel avaient été dévastées. 

Lire aussi : Nouvelle-Calédonie : trois morts dont deux enfants et cinq disparus dans des glissements de terrain

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»