François Hollande regrette d'avoir snobé Nicolas Sarkozy lors de la passation de pouvoir

François Hollande regrette d'avoir snobé Nicolas Sarkozy lors de la passation de pouvoir
Nicolas Sarkozy quitte le palais de l'Elysée en mai 2012, sous le regard de François Hollande, photo ©Reuters/pool

Dans un documentaire diffusé ce 5 avril sur Canal+, François Hollande s'explique sur son attitude lors du départ de Nicolas Sarkozy de l'Elysée. Il n'avait alors pas accompagné son prédécesseur et lui avait même tourné le dos.

La roue tourne. Dans le cadre du documentaire Moi, candidat diffusé par Canal+ ce 5 avril, François Hollande bat sa coulpe. Il aurait dû raccompagner Nicolas Sarkozy lors de la passation de pouvoir à l'Elysée en mai 2012. Resté à l'intérieur du bâtiment présidentiel, il n'avait pas même attendu que son prédécesseur monte dans sa voiture avant de tourner les talons.

Dans un extrait du documentaire que L'Opinion s'est procuré, François Hollande, face caméra, s'engage dans des explications un peu confuses : «Je ne pensais pas que j'étais dans la même relation que celle de Nicolas Sarkozy avec Jacques Chirac, dont il avait été ministre. Je le regrette parce que je ne voulais surtout pas donner le sentiment d'être discourtois à l'égard de mon prédécesseur.»

Et poursuivant : «Je ne voulais surtout pas donner cette impression, et peut-être si je l'ai donnée j'en étais désolé, parce que c'est pas du tout l'attitude que je voulais avoir. Mais si c'est ce qu'à ressenti Nicolas Sarkozy, c'est qu'il était lui-même sûrement peiné de devoir quitter ainsi l'Elysée.»

«Impressions» un peu différentes

Une mise au point nécessaire. D'autant que Nicolas Sarkozy, pour sa part, ne semble pas avoir tout à fait le même «ressenti», et a fait part à de nombreuses reprises de son indignation. «Je pense que la courtoisie républicaine fait partie des valeurs qui sont importantes. J’ai raccompagné, figurez-vous, un président de la République dans la cour de l’Elysée, c’était Jacques Chirac. On n’a pas toujours été d’accord, mais j’avais été très ému parce que c’était le moment où il partait», a ainsi déploré l'ancien président au micro d'Europe 1 le 26 septembre 2016.

Et Nicolas Sarkozy de décocher : «Je pense qu’être courtois, c’est une marque de civilisation.» L'épisode aurait, en outre, contribué à inspirer à Carla Bruni la chanson Le Pingouin : «C’est mal élevé les pingouins faut que je lui donne des cours de maintien/Eh le pingouin ! Si un jour tu recroises mon chemin/Je t’apprendrai le pingouin, je t’apprendrai à faire le baisemain.»

Reste donc à attendre quelques semaines pour savoir comment François Hollande sera, lui, traité par son successeur.

Lire aussi : «Le fils qu'on voudrait avoir» : Hollande continuerait d'envoyer des SMS à son «poulain» Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»