Cazeneuve rejette la demande «irréaliste» d'un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros pour la Guyane

- Avec AFP

Cazeneuve rejette la demande «irréaliste» d'un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros pour la Guyane© Jody Amiet Source: AFP
Le mouvement de blocage de la Guyane devrait reprendre après l'échec des négociations

Bernard Cazeneuve a rejeté la demande «irréaliste» des meneurs du mouvement social en Guyane de porter à 2,5 milliards d'euros le plan d'urgence du gouvernement, en appelant à «renouer les fils du dialogue» après l'échec des négociations.

«Il serait [...] aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste puis d’en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n’est pas la conception que nous avons de la responsabilité dans la République», a déclaré le Premier ministre à Matignon concernant les négociations sur le plan d'aide à la Guyane, à l'issue d'une réunion rassemblant 12 membres du gouvernement.

Bernard Cazeneuve a néanmoins appelé à «poursuivre le dialogue». 

«J’en appelle encore une fois à la raison et à la levée des barrages. Bloquer la Guyane, bloquer son économie, bloquer ses écoles, bloquer ses services publics, ce n’est pas ainsi que l’on peut préparer l’avenir», a-t-il poursuivi.

«Nous avons entendu nos compatriotes guyanais», a affirmé le Premier ministre, qui a détaillé le plan de plus d'un milliard d'euros proposé par le gouvernement, dont les engagements doivent être «actés» le 5 avril en Conseil des ministres.

Lire aussi : Guyane : le collectif rejette le plan gouvernemental et demande 2,5 milliards d'euros

A Cayenne, le collectif «Pou La Gwiyann dékolé» (Pour que la Guyane décolle), qui regroupe l'ensemble des mouvements protestataires, a annoncé un durcissement de la mobilisation. Il a notamment demandé aux magasins de rester fermés le 3 avril dans le cadre d'une «opération ville-morte», a expliqué à l'AFP une de ses communicantes, Florence Adjodha.

«On rentre dans un rapport de force avec l'Etat. La ministre des Outre-mer étant partie, il faut que l'Etat se rende compte que le peuple guyanais ne se démobilise pas», a-t-elle déclaré.

Le mouvement de contestation en Guyane, vaste territoire d'Amérique du Sud de 83 000 kilomètres carrés (soit près de trois fois la Belgique) situé à 7 000 km de Paris, est basé sur des revendications sécuritaires, économiques et sociales, ainsi que sur la méfiance face à l'Etat, accusé de sous-investissement depuis des décennies. 

Lire aussi : «Peuple guyanais» ? La formule de la ministre passe mal



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.