Alors que la grève générale s'organise, la Guyane toujours paralysée par la crise

Alors que la grève générale s'organise, la Guyane toujours paralysée par la crise Source: AFP
Depuis plusieurs jours, citoyens, syndicats et organisations politiques guyanais se mobilisent pour demander des mesures concrètes de la part du gouvernement

Depuis plusieurs jours, la grogne des Guyanais s'est transformée en vive protestation et les blocages se multiplient un peu partout dans la région. Alors que le gouvernement espère l'apaisement, une grève générale est prévue pour le 27 mars.

Depuis plusieurs jours, la Guyane est le théâtre de vifs mouvements sociaux et de blocages : les habitants dénoncent la situation de la région, qui souffre de graves défaillances en matière notamment d'éducation, de santé et de sécurité. Alors qu'une grève générale est annoncée pour le 27 mars, à l'appel de 37 syndicats regroupés au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG), le gouvernement français ne parvient pas à apaiser le climat de tension extrême qui règne sur place.

Symptôme de la gravité de la crise en cours, la compagnie aérienne Air France a annoncé qu'elle annulait ses vols pour Cayenne depuis la métropole jusqu'au 28 mars. Un peu partout, des barrages montés par les manifestants se multiplient aux ronds-points stratégiques du littoral guyanais, bloquant l’entrée de Cayenne. Les Etats-Unis ont même déconseillé à leurs ressortissants de se rendre en Guyane le 24 mars dernier. Autre conséquence des troubles : le même jour, le lancement d'une fusée Ariane a dû être ajourné sine die.

Une délégation interministérielle «de haut niveau», sous l'égide de Jean-François Cordet, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien préfet de Guyane, s'est rendue sur place le 25 mars en début de soirée, afin de tenter de trouver un terrain d'entente avec les organisations ayant appelé à la grève. Ces dernières avaient en effet refusé de se rendre à Paris pour y tenir des discussions.

Pour l'heure, aucune solution efficace n'a encore été trouvée entre les parties. La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, citée par Le Monde, estimait pourtant le 25 mars que «la mission [avait] déjà annoncé des mesures très concrètes», comme le maintien d'un centre médical à Kourou ou un renforcement des dispositifs de lutte contre le trafic de drogue.

De son côté, le premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé les Guyanais à «l’apaisement, au calme et au dialogue parce que rien ne se construit dans le désordre et l’affrontement». Alors que plusieurs organisations étudiantes ont annoncé se joindre au mouvement de grève des salariés guyanais, la journée du 27 mars s'annonce d'ores et déjà comme un test pour le gouvernement.

Lire aussi : Washington déconseille aux Américains de se rendre en Guyane

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»