L'Eglise dénonce les «méthodes abjectes» de Cash investigation après son reportage sur la pédophilie

L'Eglise dénonce les «méthodes abjectes» de Cash investigation après son reportage sur la pédophilie© Getty Image / Illustration
L'Eglise accuse l'équipe d'Elise Lucet d'avoir recours à des «mises en scène» afin de produire une enquête à charge

Citant plusieurs événements survenus lors du tournage d'une enquête de Cash Investigation, Famille chrétienne et la Conférence des évêques de France estiment que l'enquête de l'équipe d'Elise Lucet est à charge et repose sur de la «mise en scène».

Ce 21 mars, France 2 diffusait un numéro de son émission Cash Investigation consacré à la pédophilie au sein de l'Eglise catholique. Réagissant à ce qu'il qualifie de «méthodes abjectes» de la part de la journaliste Elise Lucet, le magazine Famille chrétienne dénonce une enquête reposant sur une «mise en scène».

«J’ai vu votre mise en scène alors que vous interpelliez au loin des évêques qui se rendaient à l’office des vêpres, faisant croire qu’ils fuyaient vos questions et votre caméra», raconte le rédacteur en chef du magazine, Antoine-Marie Izoard, en s'adressant à Elise Lucet. Problème : selon lui, la personne dont la journaliste crie le nom, en l'occurrence monseigneur Pican, ne serait pas présente dans le groupe d'évêques en question.

Dans une lettre ouverte, Vincent Neymon, porte-parole adjoint et directeur de la communication de la Conférence des Evêques de France, avance également des éléments dont il estime qu'ils remettent en cause le sérieux du reportage diffusé. Alors qu'il venait de décliner l'offre d'Elise Lucet de venir débattre sur son plateau, celle-ci lui aurait envoyé le courriel suivant : «Alléluia mes frères. Vous ferez 3 paters et 4 Avés pour expier vos fautes !». L'intéressé s'étonne de ces propos «à caractère injurieux» qui auraient été tenus par une journaliste du service public.

D'une manière plus générale, le porte-parole des évêques de France fustige l'attitude des équipes de Cash Investigation. Lors d'une assemblée ouverte à la presse le 7 novembre 2016, au cours de laquelle l'Eglise présentait le bilan de sa lutte contre la pédophilie, Elise Lucet aurait «marqué ostensiblement son désintérêt tandis que ses cadreurs film[aient] les écrans d’ordinateur des évêques à leur insu». 

Antoine-Marie Izoard estime que la démarche de Cash investigation était donc à charge contre l'Eglise et qu'elle révèle une «méthode qui cherche moins à aider, enquêter et guérir qu’à accuser, pourfendre et condamner».

L'émission Cash Investigation, réputée pour avoir dévoilé plusieurs scandales politiques ou financiers, provoque souvent des levers de bouclier de la part des personnes mises en cause. En octobre 2016, l'ancien maire de Nice, Christian Estrosi, s'était lancé dans une contre-offensive nourrie sur Twitter juste après la diffusion d'un numéro consacré à la construction du stade Allianz Riviera.

Lire aussi : Après la diffusion de Cash Investigation, Estrosi joue les bombardiers sur Twitter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.