Les candidats à l'ENA ont des «problèmes de lecture et de compréhension» selon un rapport du jury

Les candidats à l'ENA ont des «problèmes de lecture et de compréhension» selon un rapport du jury Source: AFP
Le jury de l'ENA s'inquiétait l'an passé de l'uniformisation des candidats : en 2016, c'est le niveau d'ortohgraphe et de lecture qui le préoccupe

Le jury d'entrée de la grande école précise vouloir «relativiser l'importance» de l'orthographe, et privilégier «des recrutements innovants» dans son rapport sur le concours 2016. Il se défend toutefois de toute «considération décliniste».

«La lecture et la compréhension du sujet posent encore problème». Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette remarque n'apparaît pas sur le bulletin trimestriel d'un élève de CM1... mais dans le rapport 2016 du jury du concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration (ENA). 

Le niveau serait-il en train de baisser, y compris à l'entrée des plus grandes et prestigieuses écoles françaises ? Le président du jury, Thierry Bert, énarque et inspecteur général des Finances, refuse les «considérations déclinistes» et préfère mettre en avant d'autres aspects jugés plus positifs. Notant que les candidats «parlent souvent plusieurs langues et ont effectué de nombreux séjours à l’étranger», il se félicite des profils «très divers» des potentiels futurs hauts fonctionnaires.

Pourtant, le rapport semble bien révéler que le jury adapte ses critères de sélection au niveau des candidats au concours. Ainsi, l'orthographe, perçu comme «un marqueur social», nécessite que l'on «relativise son importance si l'on veut pratiquer des recrutements innovants». Abaisser le seuil d'exigence pour ne pas favoriser les étudiants issus de milieux sociaux réputés plus propices à une maîtrise de la langue française est-il une bonne solution ? Le jury semble le penser, qui conclut : «On n’écrit plus comme Montaigne ou Richelieu».

Autre signe révélateur : Thierry Bert explique avoir voulu éviter un excès de pression sur les candidats à l'oral. Pour «tirer le meilleur d’un être vivant, qu’il s’agisse d’un animal ou d’un être humain», rien ne sert de l'interroger en «le bousculant, en le terrifiant ou en l’humiliant», note-t-il. Cela voudrait-il dire que telles étaient les méthodes employées par le jury jusqu'ici ? Le rapport ne le précise pas.

En 2015, les auteurs du rapport s'inquiétaient d'un certain «formatage» des candidats et de «l'uniformisation» de ceux-ci. L'ENA «n’a pas vocation à recruter de simples observateurs», rappelaient-il alors.

Lire aussi : Les Franssais tjr plu nul en ortograf, celon 1 étud

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage