Présidentielle : Marine Le Pen et François Asselineau au-delà des 500 parrainages requis

- Avec AFP

Présidentielle : Marine Le Pen et François Asselineau au-delà des 500 parrainages requis © Reuters / RT France
Marine Le Pen et François Asselineau

Sur les 9 223 parrainages déjà validés par le Conseil constitutionnel, la candidate frontiste a réussi à en obtenir 577, alors que le candidat souverainiste en a recueilli 524. La période de récolte des signatures s'achève le 17 mars.

La présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, et le candidat souverainiste François Asselineau ont franchi la barre des 500 parrainages requis pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle, selon un nouveau décompte publié par le Conseil constitutionnel.

Au total, 9 223 parrainages d'élus ont déjà été validés, à une semaine de la date butoir, le 17 mars, après laquelle les candidats qui ne disposeront des 500 signatures ne pourront pas se présenter à la présidentielle. François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan et Nathalie Arthaud ont eux aussi déjà dépassé le seuil des 500 parrainages nécessaires.

Le 10 mars, Marine Le Pen avait rassemblé 577 parrainages et François Asselineau 524.

Ce dernier, âgé de 59 ans, souverainiste et prônant une sortie de l'OTAN, se présente pour la première fois, après une tentative ratée en 2012 sous les couleurs de l'Union populaire républicaine, le parti qu'il a créé en 2007. Il n'avait pas obtenu suffisamment de parrainages.

Ancien inspecteur général des Finances. passé par l'ENA, il a fait carrière dans les cabinets ministériels et fut un proche de l'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua.

Parmi les prétendants à l'Elysée n'ayant pas encore atteint les 500 signatures, le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ne dispose à ce jour que de 432 parrainages, Jacques Cheminade de 397 et le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, de 245.

C'est la première fois que le Conseil constitutionnel publie, en continu pendant la période de récolte des signatures, le nombre de parrainages validés, ainsi que la totalité des noms des «parrains». C'est une loi d'avril 2016 instaurant une plus grande transparence qui a rendu cette évolution possible.

Mais ce la n'a pas empêché plusieurs petits candidats de critiquer ce dispositif. A leurs yeux, il dissuade de nombreux élus, notamment des maires de petites communes, de soutenir tel ou tel candidat, du fait de l'impossibilité de garder leur choix confidentiel.

Avec 2 111 parrainages, le candidat de la droite, François Fillon, est à ce jour celui qui en a recueillis le plus grand nombre.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé en totalise 288 et le sénateur-maire de Troyes, François Baroin, 9. Aucun des deux n'est candidat mais leurs noms avaient été évoqués au cas où la droite et le centre auraient eu besoin d'un recours. 

Au total, 41 noms figurent dans la liste publiée le 10 mars. Une dizaine de candidats, dont la liste officielle sera publiée le 20 ou le 21 mars, devraient rester en lice pour l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai prochains. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage