Dédaigné par le FN, Diego Ferriol devient responsable dans le mouvement d'Emmanuel Macron

Dédaigné par le FN, Diego Ferriol devient responsable dans le mouvement d'Emmanuel Macron© JEAN-FRANCOIS MONIER Source: AFP
Le parti d'Emmanuel Macron accueille des personnalités de tous bords politique (image d'illustration)

L'ancien ministre PS ratisse large pour sa campagne. Et sa dernière recrue le confirme : après avoir quitté LR et tenté de rejoindre le FN, c'est chez l'ancien banquier qu'elle a atterri, sans s'embarrasser de questions idéologiques.

Selon des informations du journal Nice Matin, Diego Ferriol, la nouvelle recrue d’En Marche ! dans les Alpes maritimes, ancien des Républicains (LR), brille moins par ses convictions politiques que par son opportunisme.

L’histoire que conte le délégué de «La Droite avec Macron» de la région, porte pourtant le sceau de «l'alliance républicaine». Alors qu'il est en désaccord avec Les Républicains – son parti de l'époque – lors de l'entre deux tours des législatives 2015, Diego Ferriol explique avoir été contacté par le Front National pour apporter ses lumières. «J'ai refusé, naturellement», se vante t-il auprès du journal.

Mais à l'heure d'internet, il est difficile de ne pas laisser de traces, surtout quand on choisit de communiquer via les réseaux sociaux. Ce que lui a cordialement rappelé le responsable du FN de la région, Lionel Tivoli.

«Je n’ai jamais contacté Monsieur Ferriol, c’est lui qui a fait cette démarche», assure le responsable frontiste. «C’est ce Monsieur Ferriol qui m’a proposé ses services entre les deux tours des élections régionales [de 2015], il m’a adressé un message sur mon compte Facebook politique», avance t-il, preuves à l'appui. «Je l’ai trouvé plutôt farfelu et, pour être honnête, je ne l’ai pas pris au sérieux», se souvient-il encore.

Les messages sont en effet sans équivoque. S'adressant au responsable frontiste dont il pense la victoire possible, Diego Ferriol «estime pouvoir [lui] être utile d’une façon ou d’une autre.» Il n'est pas regardant sur le poste, ses compétences étant suffisamment vastes : «En reprenant un poste en mairie comme collaborateur d'élu ou de groupe. Comme cadre dans l'administration régionale [...] ou directement auprès de vous dans l'optique des municipales de 2020».

Interrogé par le journal sur ces messages, la réponse du transfuge est hésitante et peine à convaincre : «Je n’ai pas réclamé une place, je ne demandais rien. Je voulais demander des informations générales.»

«Ca ne veut pas dire que j’aurais voté pour lui, le FN c’est loin de mes idées», déclare t-il sans pour autant préciser la nature... de ses idées.

Lire aussi : Collaborateur parlementaire et militant, le fondateur des Jeunes avec Macron contourne la loi


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.