Plusieurs lycées d'Ile-de-France bloqués suite à l'affaire Théo, des incidents à déplorer (IMAGES)

Plusieurs lycées d'Ile-de-France bloqués suite à l'affaire Théo, des incidents à déplorer (IMAGES)© Capture d'écran Twitter Chloé Marriault
Des poubelles ont été enflammées devant le lycée Bergson

Très tôt dans la matinée du 23 février, plusieurs lycées de région parisienne ont été bloqués par des élèves souhaitant manifester leur solidarité avec Théo Luhaka. Une manifestation de soutien est prévue à 11h au départ de Nation.

Ce 23 février, le hashtag #BlocusPourThéo s'est hissé en tête des tendances Twitter. Le réseau social suivait la mobilisation d'élèves de lycées, principalement parisiens, protestant contre les violences policières et plus particulièrement contre le viol présumé dont aurait été victime Théo Luhaka lors d'une interpellation le 2 février à Aulnay-sous-Bois. Ces blocages, qui concernent seize établissements, se sont déroulés malgré l'appel de la préfecture de Paris à ne pas participer à ces manifestations non déclarées.

Lire aussi : Affaire Théo : la patronne de l'IGPN dénonce les «imprécisions» des médias

Ainsi, des poubelles ont notamment été utilisés pour bloquer l'entrée du lycée Charlemagne, dans le 4e arrondissement de Paris. 

Les lycéens de l'établissement Saint-Germain ont usé de méthodes similaires pour empêcher les élèves d'accéder aux locaux. 

Au lycée Bergson, dans le 19e arrondissement, théâtre de violences durant la mobilisation contre la loi Travail, des poubelles ont été enflammées. 

L'ambiance y a été tendue avec les forces de l'ordre. Les pompiers ont pu intervenir.  

Lire aussi : Affaire Théo : une mobilisation de lycéens dégénère à Montpellier (IMAGES)

Au lycée Voltaire, des élèves ont aussi incendié des poubelles, et partiellement bloqué la circulation. 

Des affrontements y ont eu lieu avec les forces de l'ordre, qui ont dû faire usage de gaz lacrymogènes. 

Le lycée Colbert, dans le 11e arrondissement, a été l'objet d'incendies de poubelles. 

Dans l'établissement Galillé, à Gennevillier, dans le 92, les policiers sont intervenus et ont fait usage de leurs matraques pour procéder à des interpellations. 

Le lycée Gabriel Fauré a aussi été bloqué avec des poubelles dans le 13e arrondissement de Paris. 

Le président du Conseil Régional d'Ile-de-France Valérie Pécresse a vivement condamné ces blocages. «Je demande au gouvernement de sécuriser leurs abords, de protéger lycéens, enseignants et agents», a-t-elle écrit sur Twitter. 

L'interpellation brutale de Théo Luhaka, un jeune homme noir de 22 ans, début février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a débouché sur la mise en examen d'un policier, soupçonné de viol au moyen d'une matraque. L'affaire a rapidement déclenché des violences urbaines en banlieue parisienne.

Lire aussi : Affaire Théo, retour sur deux semaines d'émeutes qui ont secoué la France (VIDEOS)

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales