Emplois fictifs : Mediapart et Marianne publient le rapport qui accuse Marine Le Pen

Emplois fictifs : Mediapart et Marianne publient le rapport qui accuse Marine Le Pen
Marine Le Pen en compagnie de son garde du corps Thierry Légier et de son assistante Catherine Griset, le 4 février 2017, photo ©Jeff PACHOUD / AFP

Le rapport confidentiel, que «Marianne» et Mediapart se sont procuré dans leurs investigations conjointes, confirme que l'Office antifraude européen est convaincu que l'assistante parlementaire de Marine Le Pen a bénéficié d'un emploi fictif.

Marianne et Mediapart sont parvenus à se procurer le rapport que l'Office de lutte anti-fraude européen (Olaf) a transmis à la justice française en juillet 2016. Le document, destiné à rester confidentiel, confirme que l'office soupçonne bien Marine Le Pen d'avoir fait bénéficier son garde du corps, Thierry Légier, et son assistante parlementaire, Catherine Griset, d'emplois fictifs, pour un total de 339 946 euros.

Toujours selon l'hebdomadaire, l'Olaf mentionne également un bulletin de salaire et un contrat de travail «apparemment faux», selon le rapport cité par Marianne. Le gendarme anti-fraude européen juge par ailleurs la rémunération accordée à Thierry Légier, 7 236 euros nets par mois, d'«extrêmement élevée», relève Marianne qui a mis en ligne un court extrait du document de l'Olaf :

Depuis début février 2017, Marine Le Pen fait l'objet de recouvrements par le Parlement européen sur son salaire de député européen, sur la base de ce rapport de l'Olaf bien que le Tribunal de l'Union européenne n'ait pas encore jugé l'affaire.

La juridiction européenne, peu connue du grand public, a par ailleurs rejeté ce 16 février 2017, les requêtes en référé de trois autres députés européens, dont Jean-Marie Le Pen et Brunon Gollnisch de mettre fin aux retenues sur leurs salaire, décidées par le Parlement européen. Les trois eurodéputés frontistes faisaient valoir que ces décisions, conservatoires en l'absence de tout jugement, portaient atteinte «à l'exercice effectif de leur mandat.

Joint par Marianne, l’avocat de Marine Le Pen, Me Marcel Ceccaldi, qualifie ces allégations de «sornettes». Marianne raconte par ailleurs avoir reçu un sms de Marine Le Pen invitant l'hebdomadaire à «être très prudent avec ce genre d’assertion diffamatoire».

En France, le parquet de Paris, saisi par le Parlement européen, a ouvert le 15 décembre 2016 une information judiciaire pour «abus de confiance», «faux et usage de faux», «travail dissimulé» et «escroquerie en bande organisés» à l'encontre des eurodéputés du Front National mis en cause par l'Olaf.

Lire aussi : Propos sur la «fournée» : Jean-Marie Le Pen mis en examen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales