Policiers attaqués à Viry-Châtillon : six nouveaux suspects incarcérés

- Avec AFP

Policiers attaqués à Viry-Châtillon : six nouveaux suspects incarcérés© Thomas SAMSON / AFP Source: AFP
Voitures brûlées à Viry-Châtillon, photo d'archive

Les six jeunes hommes, quatre majeurs et deux mineurs, en garde à vue depuis lundi dans l'enquête sur l'attaque aux cocktails Molotov contre quatre policiers à Viry-Châtillon en octobre, ont été mis en examen et écroués.

Il s'agit de la quatrième vague d'interpellations dans cette affaire longue et complexe, qui mobilise de nombreux enquêteurs de la Sûreté départementale de l'Essonne, appuyés par des CRS pour sécuriser chaque coup de filet. 

Au total, 16 personnes ont été mises en examen dans le cadre de cette information judiciaire, ouverte pour «tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l'autorité publique commises en bande organisée». Quinze d'entre elles ont été placées en détention provisoire.

Toutes sont soupçonnées d'avoir pris part, le 8 octobre, à l'agression aux cocktails Molotov contre quatre policiers qui surveillaient une caméra installée près d'un feu rouge, connu pour être le théâtre de vols avec violences contre des automobilistes, en lisière de la Grande Borne.

Sur les quatre agents, deux avaient été gravement brûlés, deux autres plus légèrement. Trois d'entre eux ont depuis été mutés dans les services de leur choix. Le quatrième, le plus gravement touché, est toujours en rééducation en Seine-et-Marne après deux mois d'hospitalisation.

Cette attaque avait déclenché à l'automne un mouvement de fronde, inédit par son ampleur, chez les policiers: de nombreuses manifestations ont eu lieu à travers la France. Leur colère a poussé le gouvernement à présenter en janvier un projet de loi assouplissant les règles de la légitime défense des policiers.

Lire aussi : Viry-Châtillon : 11 adolescents interpellés après l'agression de policiers aux cocktails Molotov

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.