Affaire des emplois fictifs : perquisition en cours à l'Assemblée nationale

Affaire des emplois fictifs : perquisition en cours à l'Assemblée nationale© Charles Platiau Source: Reuters
François Fillon à l'Assemblée Nationale

Selon l'agence Reuters, les policiers de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières mènent une perquisition à l'Assemblée nationale, dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs de l'épouse de François Fillon.

Selon une source parlementaire citée par l'agence Reuters, une annexe de l'Assemblée où se trouve le service chargé des paiements, est actuellement perquisitionnée dans le cadre de l'enquête préliminaire concernant les soupçons d'emplois fictifs de Pénélope Fillon, notamment en tant que collaboratrice parlementaire entre 1998 et 2007 et de 2012 à 2013. 

Certains députés croient savoir que les enquêteurs seraient venus se faire remettre les fiches de paie et les documents relatifs à la rémunération de Pénélope Fillon. L'AFP, de son côté, ne mentionne pas précisément la procédure de «perquisition».

«On se réjouit de l'évolution rapide de l'enquête afin qu'elle soit tout aussi rapidement clôturée», a déclaré l'avocat de François Fillon, Antonin Lévy, à l'agence Reuters. De son côté, le groupe Les Républicains (LR) à l'Assemblée dit «fait bloc» et annonce qu'il «soutient unanimement» François Fillon, selon un communiqué de son président, Christian Jacob.

Cette intervention intervient après une autre perquisition dans les locaux parisiens de LaRevue des deux mondes, revue qui a employé Penelope Fillon entre 2012 et 2013. Plusieurs personnes liées à cette publication ont déjà été entendues à Nanterre par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

Les époux Fillon ont été auditionnés le 30 janvier par les enquêteurs à Versailles durant cinq heures afin de donner leur version des faits de cette affaire révélée par le Canard Enchaîné.  

Plus de détails à venir... 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales