Pensant attaquer Fillon, Rugy révèle malgré lui qu'il paie plus son assistant que son assistante...

Pensant attaquer Fillon, Rugy révèle malgré lui qu'il paie plus son assistant que son assistante...© Twitter / @FdeRugy
François de Rugy a assurément raté son coup de communication en divulguant des informations personnelles de ses collaborateurs... et en trahissant la rémunération étrangement inégale qu'il leur accorde
Suivez RT France surTelegram

Ce n'était sans doute pas son ambition, mais les internautes ont immédiatement remarqué qu'en dépit de son âge plus avancé et de ses heures plus nombreuses, l'assistante de François de Rugy était payé environ 450 euros de moins... que son assistant.

C'était un coup de communication qui se voulait percutant, supposé démontrer à François Fillon que les attachés parlementaires ne gagnent pas, comme son épouse, des sommes mirobolantes. François de Rugy, ex-candidat à la primaire de la gauche, a publié une photo des fiches de paie de ses assistants parlementaires ce lundi 30 janvier au soir. «Ce soir avant de quitter le bureau, je signe les fiches de paye de deux de mes collaborateurs parlementaires. #PenelopeGate», commente-t-il.

Pensant attaquer Fillon, Rugy révèle malgré lui qu'il paie plus son assistant que son assistante...

Petit détail auquel il n'avait pas pensé : plusieurs internautes ont remarqué que son assistante, une femme donc, gagnait bien moins que son collègue masculin : 2 289€ pour la femme contre 2 434€ pour l'homme...

Plus choquant encore, pour d'autres : le fait que la femme soit pourtant plus âgée et ait sans doute davantage d'expérience - et qu'elle ait effectué 20 heures de plus de travail mensuel...

Autre bourde repérée par les internautes : François de Rugy semble avoir peu d'égards pour la vie privée de ses collaborateurs, puisqu'il divulgue des informations comme le numéro de Sécurité sociale de ces derniers. L'élu a, depuis, remplacé son tweet par un autre similaire où le numéro INSEE est brouillé.

Florian Philippot a réagi très rapidement, estimant que des mesures d'égalité salariale entre hommes et femmes s'imposaient.

Et certains utilisateurs de Twitter de conclure par un dicton...

Ce n'est pas la première fois que des soupçons de sexisme planent sur François de Rugy : lors du dernier débat de la primaire de la gauche, le candidat écologiste s'était prononcé en faveur de l'égalité homme-femme, et ce même pour la parentalité. Son ex-compagne Emmanuelle Bouchaud, mère de ses deux enfants, l'avait alors rappelé à l'ordre : «100% d'accord, on commence quand?» avait-elle tweeté....

Lire aussi : Imposer l'égalité salariale, une «utopie» ? Les propos de Christophe Barbier provoquent un tollé

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix