«Ces manœuvres puent la calomnie» : accusé d'avoir perçu de l'argent détourné, Fillon se défend

«Ces manœuvres puent la calomnie» : accusé d'avoir perçu de l'argent détourné, Fillon se défend© THOMAS SAMSON Source: AFP
François Fillon
Suivez RT France surTelegram

D'après le JDD, le champion de la droite française aurait touché, lorsqu'il était sénateur, quelque 21 000 euros réservés aux collaborateurs parlementaires. Un détournement dans lequel seraient impliqués l'ensemble des sénateurs UMP d'alors.

«Comment ne pas considérer qu’il y a des forces qui sont à l’œuvre pour me faire taire et tenter d’affaiblir ma candidature, voire tenter de m’empêcher de me présenter.» Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, François Fillon se défend face aux accusations portées contre lui ces derniers jours. Décidé à maintenir le cap, il affirme : «Tout cela sort à moins de trois mois de l’élection présidentielle : c’est la raison pour laquelle je vais me battre de toutes mes forces. Et jusqu’au bout». Il juge aussi que «ces manœuvres puent la calomnie».

Empêtré dans le «Penelopegate», le candidat de la droite et du centre se voit accusé d'être mêlé à une affaire de détournement de fonds du Sénat. Dans un article du dimanche 29 janvier, le Journal du Dimanche rapporte en effet que le Sarthois a perçu sept chèques à son nom d'environ 3 000 euros chacun, tirés sur le compte HSBC de l'Union républicaine du Sénat (URS), alors qu'il était élu au Sénat, entre 2005 et 2007.

Or, cette somme de 21 000 euros devait revenir aux assistants parlementaires et non aux députés... François Fillon ne serait néanmoins pas le seul à avoir bénéficié de ce détournement : une soixantaine de sénateurs, indique le journal, seraient concernés par ce système, même si la justice, pour l'instant, n'enquête que sur les pratiques de ce type postérieures à 2009.

«[Cette affaire] concerne le groupe UMP [ancien nom des Républicains] et donc il peut être concerné comme tous les membres du groupe», a confié au JDD un proche du candidat à l'élection présidentielle, tout en précisant qu'il s'agissait d'une «histoire ancienne».

Le 28 janvier, Médiapart avait également accusé François Fillon d'avoir récupéré une partie des montants destinés à rémunérer des assistants, via un système de commissions occultes mis en place et partagé par plusieurs sénateurs UMP. Le site d'Edwy Plenel a avancé que le montant détourné de cette manière par l'ex-sénateur de la Sarthe avoisinerait les 25 000 euros.

Ces révélations surviennent quelques jours seulement après que Le Canard enchaîné a accusé l'épouse de François Fillon, Pénélope, d'avoir bénéficié d'un emploi fictif à l'Assemblée nationale. Des accusations qui ont conduit le parquet national financier à ouvrir une enquête préliminaire.

Lire aussi : Fillon : aucun doute sur le travail réel de son épouse comme collaboratrice parlementaire

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix