Roman Polanski renonce à présider la cérémonie des César

Roman Polanski renonce à présider la cérémonie des César© GUILLAUME SOUVANT
Roman Polanski

Le réalisateur, condamné pour pédophilie par la justice américaine, a fait savoir qu'il renonçait à présider la grand-messe du cinéma français, devant le tollé provoqué par sa nomination à cette fonction.

L'avocat de Roman Polanski a indiqué dans un communiqué cité par l'agence AFP qu'il renonçait à présider la cérémonie des César, mardi 24 janvier, en raison de la polémique, qu'il juge «injustifiée», déclenchée notamment par des associations féministes.

Le 18 janvier, l'Académie des arts et techniques du cinéma avait annoncé que le réalisateur franco-polonais présiderait la 42e édition de l'événement cinématographique, qui se tiendra le 24 février à la salle Pleyel, à Paris.

Les réactions d'indignation avaient aussitôt fusé sur les réseaux sociaux, de très nombreux internautes ne comprenant pas comment Roman Polanski, condamné pour une affaire de viol sur mineur datant de 1977 par la justice américaine, pouvait recevoir un tel honneur. Des associations féministes avaient également appelé l'Académie des arts et techniques du cinéma à revenir sur son choix.

«[Cette polémique a] profondément attristé Roman Polanski et atteint sa famille», a indiqué, mardi 24 janvier, l'avocat du réalisateur.

Un réalisateur dont les Etats-Unis exigent l'extradition depuis 40 ans

La justice américaine réclame depuis 40 ans l'extradition du célébrissime réalisateur de Rosemary's Baby, Chinatown ou encore Lunes de Fiel.

Depuis 1977, Roman Polanski (qui avait alors 44 ans) est poursuivi pour une affaire de crime sexuel sur une mineure de 13 ans. L'adolescente en question, Samantha Gailey, avait déclaré avoir été violée sous l'emprise de l'alcool et de drogue alors qu'elle avait été sélectionnée pour une séance photographique pour le magazine Vogue. A cette occasion, Roman Polanski lui avait fait boire du champagne avec un sédatif, le méthaqualone, avant de la contraindre à un rapport sexuel.

Rattrapé par l'affaire en septembre 2009, alors qu'il se rendait à un festival de cinéma en Suisse, le réalisateur avait été arrêté par la police de Zurich. Les autorités suisses l'ont par la suite libéré, et ont refusé de l'extrader.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt américain lancé en 1978, il n'est jamais revenu aux Etats-Unis.

Lire aussi : L'ex-conseiller d'Arnaud Montebourg, accusé de pédophilie en Angleterre échappe à la prison

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.