France 2 accusé par la Manif pour tous d'écarter les opposants à la GPA d'une émission

France 2 accusé par la Manif pour tous d'écarter les opposants à la GPA d'une émission © RT France
Manifestation contre la GPA à Paris

La Manif Pour Tous a interpellé France 2 après la diffusion d'un email suspecté d'émaner de la production et concernant la préparation d'un programme sur la GPA. Le document stipule qu'il s'agira d'une «émission positive», sans présence d'opposants.

La chaîne France 2 manquerait-elle à ses obligations imposées par le CSA ? C'est en tous cas l'avis des militants de la Manif pour tous, qui se sont indignés de la potentielle partialité d'une émission en préparation du programme Mille et unes vies concernant la gestation pour autrui (GPA) et diffusée sur la chaîne publique. En effet, selon un courriel suspecté d'émaner de la production, la prochaine émission du service public sur ce thème «ne comptera pas de personnes s'opposant à la GPA».

Or, selon l'article 35 de la convention liant le CSA à France Télévisions, «les questions prêtant à controverse doivent être présentées de façon honnête et l'expression des différents points de vue doit être assurée». 

A l'origine du scandale, la diffusion d'un courriel par le Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP), une organisation rassemblant des chercheurs engagés contre la GPA. 

«France 2 est une chaîne publique, payée avec l'argent du contribuable pour encourager une pratique interdite en France. Pourquoi France 2 fait ce choix ? Qui décide de ces choix ? Le CoRP dénonce encore une fois ce manque d'objectivité du Service public», écrit le Collectif sur sa page Facebook. 

Sollicité par RT France, l'auteur présumé du courriel n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Il ne s'agit pas de la première émission de Mille et unes vies consacrée à la GPA. Lors de la diffusion en novembre dernier d'un entretien avec un père homosexuel ayant eu recours à la GPA à l'étranger, le présentateur avait profité de l'occasion pour faire son coming-out. 

La GPA est prohibée en France, avec des peines pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d’amende. 

Lire aussi : La Manif pour tous s'alarme d'un colloque «pro-GPA» financé par la région Ile-de-France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage