Manuel Valls veut débloquer un milliard d’euros pour l’Outre-mer

Manuel Valls veut débloquer un milliard d’euros pour l’Outre-mer Source: Reuters
Manuel Valls veut mettre le paquet sur l'Outre-mer

Le candidat à la primaire organisée par le PS a présenté le 11 janvier son programme pour l'Outre-mer, à qui il veut «donner un nouveau souffle», avec «35 propositions», dont un fonds d'un milliard d'euros pour l'égalité réelle.

En difficulté en métropole, Manuel Valls veut-il s’attirer les grâces de l’Outre-mer ? Alors que le 10 janvier, il a dû mener son meeting devant une salle à moitié vide à Clermont-Ferrand et qu’il vient d’en annuler un autre à Reims, l’ex-locataire de Matignon a présenté le 11 janvier son programme pour l’Outre-mer.

Accompagné de certains de ses soutiens dont le député de Guadeloupe et ancien ministre des Outre-mer Victorin Lurel, le député de Martinique, Serge Letchimy, et le sénateur de Guyane, Georges Patient, Manuel Valls a assuré avoir «un cap» pour les DOM-TOM et vouloir «bâtir l'égalité réelle outre-mer et un avenir pour les ultramarins».

Valls s’en prend à ses concurrents

Afin de balayer les éventuelles critiques, le candidat à la primaire socialiste a rappelé qu'il n'avait «pas attendu la période pré-électorale» pour se rendre à plusieurs reprises dans les territoires ultramarins, «contrairement à d'autres». La pique est lancée.

Et ce n’était que la première de sa conférence de presse. Il a taclé plusieurs candidats à la présidentielle. Première cible ? Marine Le Pen. Manuel Valls a critiqué sa volonté de supprimer la sur-rémunération des fonctionnaires outre-mer. Selon lui, il s’agit d’«une faute morale et une erreur économique».

Jean-Luc Mélenchon en a également pris pour son grade. L’ex-chef du gouvernement a critiqué la promesse du candidat de la gauche de la gauche de supprimer les aides fiscales. D’après lui, cela «va déstabiliser fortement tout le tissu économique».

Sans surprise, Manuel Valls n’a pas hésité à s’attaquer au vainqueur de la primaire de la droite et du centre : François Fillon. Il a notamment fustigé sa proposition polémique de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires lors du quinquennat. L’ex-boss de Matignon a jugé «illusoire» de croire que ces suppressions «ne toucheront pas l'Outre-mer».

Défense de son bilan

«L'Outre-mer, c'est la France en grand», a déclaré Manuel Valls. Il a affirmé vouloir «donner un nouveau souffle à ces territoires». Le tout sans oublier de défendre son action. Il a ainsi souligné que «beaucoup a été fait en faveur de l'outre-mer depuis 2012», soulignant notamment plusieurs lois comme «celle sur la vie chère», «celle sur la coopération régionale» ou celle sur l'égalité réelle outre-mer, en discussion à partir du 17 janvier au Sénat.

Concrètement, Manuel Valls propose «un fonds d'intervention en faveur de l'égalité réelle outre-mer», doté d'un milliard d'euros sur 5 ans. Il est censé financer la convergence des territoires ultramarins avec l'hexagone, notamment par des investissements dans «trois secteurs essentiels»: l'éducation, la gestion de l'eau et la santé.

Le programme de Manuel Valls pour l’Outre-mer contient également un volet taxe. Il désire mettre en place  «un statut fiscal spécifique pour l'Outre-mer» et simplifiera «la défiscalisation en rehaussant significativement les seuils d'instruction au niveau local et en supprimant autant que possible les agréments préalables».

Particulièrement touchés par l’insécurité, les territoires d’Outre-mer bénéficieront d’un classement en «territoires prioritaires» et obtiendront le recrutement de 1 000 emplois par an de policiers et de gendarmes et une partie des 2,5 milliards d'investissement dans le matériel qu'il prévoit au niveau national sur le quinquennat.

Enfin, Manuel Valls veut «soutenir les filières agricole d'excellence», «faire du tourisme Outre-mer une priorité nationale», «donner davantage de pouvoir aux collectivités ultramarines» ou encore «poursuivre la nomination d'ultramarins à des postes de responsabilité».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»