Des bureaux de vote dans les prisons pour la primaire de la gauche ?

Des bureaux de vote dans les prisons pour la primaire de la gauche ?
Alors que la participation au scrutin de la gauche ne s'annonce pas aussi forte qu'à celui de la droite, certains cherchent à mobiliser

Conformément au règles en vigueur dans les prisons, une association souhaite permettre aux détenus de participer à la primaire de la gauche. En plus de la défense des droits des prisonniers, l'association souhaite ainsi renforcer la participation.

L'association Robin des lois, qui «défend les intérêts des détenus», interpelle les organisateurs de la primaire de la gauche en leur demandant de prévoir également des bureaux de vote dans toutes les prisons françaises. En effet, lundi 9 janvier, le Parti socialiste a annoncé l'emplacement des 7 530 bureaux de vote prévus pour la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier prochains. Aucun d'entre eux ne se trouve dans un centre pénitentiaire, bien que les détenus aient en principe le droit de voter. 

L'objectif affiché par l'association Robin des lois est de permettre aux quelque 50 000 détenus qui disposent encore de leur droit de vote, de participer au scrutin. Christophe Borgel, président du comité d'organisation de la primaire de la gauche, n'a, pour l'instant, pas réagi à la demande de l'association. 

Le Parti socialiste attend 1,5 à 2 millions d'électeurs, alors qu'ils étaient 2,8 millions lors de la primaire de 2011. La mobilisation plus faible attendue cette année a entraîné la réduction de 20% du nombre de bureaux de vote. A titre de comparaison, la droite est parvenue à mobiliser 4,3 millions de personnes pour désigner son candidat en novembre dernier.

Un engagement qui laisse craindre une véritable déroute de la gauche lors de la présidentielle puisque plusieurs sondages donnent désormais le candidat socialiste battu, quel que soit son nom face à François Fillon, à Marine Le Pen, à Emmanuel Macron et à Jean-Luc Mélenchon. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales