Forte mobilisation en soutien au «voleur de chaises» de banques: la relaxe requise par le procureur

Forte mobilisation en soutien au «voleur de chaises» de banques: la relaxe requise par le procureur © Capture d'écran Twitter Julien Bayou
Des centaines de personnes se sont mobilisées pour Jon Palais

Plusieurs centaines de militants altermondialistes et écologistes ainsi que des personnalités politiques sont venus soutenir Jon Palais, traduit en justice à Dax pour avoir volé des chaises à des banques afin de protester contre l'évasion fiscale.

Près d'un millier de personnes ont répondu à l'invitation de divers mouvements de défense de l'environnement et altermondialistes pour transformer le procès de Jon Palais, en «journée festive et revendicative» à Dax. 

Parmi les participants, on pouvait notamment voir l'eurodéputé écologiste José Bové.

Le militant landais âgé de 37 ans est poursuivi pour «vol en réunion» de 14 chaises dans une agence BNP Paribas à Paris, en octobre 2015, et encourt une peine de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. Il a été défendu par Eva Joly, l'ex-juge anti-corruption devenue avocate, et sa fille Caroline Joly. 

A l'issue de l'audience, le procureur a requis la relaxe pour le chef d'inculpation. Le jugement, a été mis en délibéré et sera rendu le 23 janvier. 

«On est dans une démarche de désobéissance civile avec des actions à visage découvert. Les réquisitions ont permis à des gens de transformer leur colère en action non violente constructive pour dénoncer l'impunité des banques qui organisent l'évasion fiscale par des montages financiers», a déclaré Jon Palais à l'AFP.

Le concept de «réquisition citoyenne de chaises» («Rendez les milliards, nous rendrons les chaises !») avait été lancé en février 2015 dans une agence HSBC de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) après le scandale des Swissleaks, par le mouvement basque Bizi («Vivre») auquel appartient le militant traduit en justice.

Une quarantaine d'actions collectives de «fauchage de chaises», dont celle faisant l'objet du procès, avaient ensuite été menées dans d'autres banques, par ANV-COP21, Attac, les Amis de la Terre ou Alternatiba... Les fameuses chaises avaient finalement été laissées sur la voie publique, à disposition des forces de l'ordre, à l'occasion de l'ouverture du procès à Paris pour fraude fiscale de l'ex-ministre Jérôme Cahuzac.

Identifié comme un des leaders du mouvement, Jon Palais est le premier à être poursuivi. Le président des Amis de la Terre, Florent Compain, a annoncé qu'il serait lui aussi jugé pour des faits similaires le 11 avril à Bar-le-Duc (Meuse), sur plainte de la BNP également.

Lire aussi : Joseph Stiglitz, nobel d'économie : Jean-Claude Juncker est un «architecte» de l'évasion fiscale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage