Affaire Sauvage : en 2006, Hollande estimait que le droit de grâce présidentiel n'était «pas normal»

Affaire Sauvage : en 2006, Hollande estimait que le droit de grâce présidentiel n'était «pas normal»© Pool Source: Reuters
François Hollande

Alors que le président de la République vient d'accorder sa grâce à Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de réclusion pour l'assassinat de son mari, une déclaration hostile à cette prérogative émanant de François Hollande refait surface.

Le «président normal» a-t-il eu un comportement «pas normal» en faisant usage de son droit de grâce présidentielle pour libérer Jacqueline Sauvage ? C'est en tous cas ce que l'on pourrait penser si l'on se fie à la position de François Hollande sur le sujet en mai 2006. 

«Il n'est pas normal dans une démocratie que l'un d'entre nous [...] puisse disposer de la possibilité de lever une condamnation», avait-il déclaré lors d'une intervention télévisuelle.

Cela «laisse supposer qu'il y aurait deux justices: une justice pour tout le monde et une justice pour un certain nombre de privilégiés», estimait-il à l'époque.  

François Hollande s'était alors engagé à «supprimer les possibilités de grâce ou d'amnistie du président de la République», une fois le Parti Socialiste au pouvoir. Ce qu'il n'a pas fait lors de son élection en mai 2012...

Jacqueline Sauvage purgeait une peine de 10 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son mari, qu'elle avait accusé d'avoir violé ses filles ainsi que d'avoir été violent avec elle pendant de nombreuses années. 

Lire aussi : Violences conjugales : après la grâce de Jacqueline Sauvage, une «révolution des mentalités» à mener

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage