Noël, Hanoucca... Les tweets d'Estrosi et Vallaud-Belkacem mettent Twitter en émoi

Noël, Hanoucca... Les tweets d'Estrosi et Vallaud-Belkacem mettent Twitter en émoi © Capture d'écran Twitter
Christian Estrosi s'est laissé aller à un dangereux mélange des religions

La ministre de l'Education est sous le feu des critiques des internautes pour avoir souhaité de «bonnes fêtes» aux élèves sans mentionner Noël. Christian Estrosi a, lui, voulu faire honneur à la fête juive de Hanoucca, mais c'est trompé de symbole.

Cela partait d'une bonne intention... Et pourtant, comme souvent sur Twitter, la situation a dégénéré. «Bonnes vacances à tous les élèves et aux personnels de l'Education nationale. Je vous souhaite de belles fêtes», a posté la ministre de l'Education nationale.

Néanmoins, de nombreux internautes lui ont reproché de ne pas avoir osé mentionner la fête de Noël.

Un utilisateur du réseau social est même allé jusqu'à intégrer le visage de la ministre dans une image représentant la Vierge Marie et l'enfant Jésus. 

Lire aussi : «S'excuser de nos traditions ?» : Laurent Wauquiez défend sa crèche de Noël géante


Christian Estrosi confond Menorah et Hanoucca 

En voulant faire la promotion de sa crèche, installée dans les locaux du Conseil régional, le président de la région PACA a posté une photo de celle-ci sur Twitter. Cette photo était une réponse au Front national qui accusait son équipe d'avoir voté contre l'installation d'une crèche dans le hall du bâtiment public. 

Sur la photo, on distingue un symbole juif. La Menorah, ou chandelier à sept branches, était l'un des objets rituels présent dans le Temple à l'époque du roi Salomon. Problème, Christian Estrosi l'a placée là pour la fête juive de Hannoucca qui commencera le 24 décembre, mais le chandelier utilisé pour cette fête dite des lumières a... neuf branches.


Cette mise en scène n'a pourtant pas provoqué la concorde religieuse escomptée, au vu du moins des réactions. Des utilisateurs catholiques ont été offensés par la juxtaposition des symboles. 

Du côté de la communauté juive, personne n'a salué l'initiative. Au contraire, un utilisateur israélite a même pris à partie de façon véhémente Christian Estrosi, qualifiant Jésus de «faux messie fils d'une putain». 

Capture d'écran Twitter

Encore actif dans l'après-midi du 19 décembre, le compte à l'origine du tweet a depuis été supprimé. Soit par l'auteur, soit suite à des signalements d'internautes indignés. 

Lire aussi : Le FN veut installer une crèche de Noël dans les locaux du conseil régional de PACA



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.