Syrie : pour NDA, «si la France n’avait pas armé les rebelles [...] on n’en serait pas là»

- Avec AFP

Syrie : pour NDA, «si la France n’avait pas armé les rebelles [...] on n’en serait pas l໩ Stringer Source: Reuters
Des rebelles de Fateh al-Cham

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et candidat à l'élection présidentielle, a dénoncé «une russophobie ahurissante en France», estimant aussi que François Hollande «a été lamentable» en décidant d'armer les rebelles en Syrie.

«Il y a une russophobie ahurissante en France. Je ne suis pas un soutien de Poutine, je demande juste que la France ait une politique indépendante des Etats-Unis», a déclaré Nicolas Dupont-Aignan sur iTélé. «Si la France n’avait pas armé les rebelles, les armes ne se seraient pas retrouvées à l’Etat islamique. Si la France n’avait pas cautionné l’armée syrienne libre, soi-disant libre, on n’en serait pas là», a-t-il poursuivi. 

Pour sortir de la situation dans laquelle se trouve la Syrie, «il faut que la France joue son rôle», a-t-il plaidé. «On a une responsabilité étonnante et il faut le reconnaître, dans cette affaire, François Hollande a été lamentable du début à la fin.»

Lire aussi : Paris : tensions entre manifestants pro et anti-Assad près de l’ambassade de Syrie (PHOTOS, VIDEOS)

«Pourquoi personne n’arrive à freiner Assad et Poutine ? Parce qu’on a soutenu des gens infréquentables, qui sont des assassins et des djihadistes, et qui ont été nous massacrer en France. Et donc on voit bien qu’on a laissé le champ libre à Poutine. Alors au lieu d’attaquer Poutine en disant "le méchant", on devrait se poser la question de savoir pourquoi on lui a laissé le champ libre et pourquoi aujourd’hui c’est un champ de ruines avec des drames humanitaires», a-t-il déclaré.

Le président de Debout la France a également estimé que le président syrien Bachar el-Assad devait «bien évidemment» avoir sa place à la table des négociations. «Il est le chef d’Etat de la Syrie. Et c’est pas lui qui a massacré des Français, c’est pas lui qui a massacré des chrétiens d’Orient. [...] Dans la vie politique internationale, qu’on le veuille ou non, on négocie avec ceux qui sont là», a-t-il conclu. 

Lire aussi : Contre les attentats, Nicolas Dupont-Aignan aurait souhaité un «grand chef d’Etat» comme Poutine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.