Calais : un tiers des migrants mineurs suivis par une ONG auraient disparu

Calais : un tiers des migrants mineurs suivis par une ONG auraient disparu © Yves Herman Source: Reuters
Un jeune migrant au camp de Grande-Synthe près de Calais
Suivez RT France surTelegram

Une ONG britannique alerte les autorités sur le sort des migrants mineurs : un tiers des enfants qu'elle suivait à Calais auraient disparu. Un problème confirmé par d'autres associations affirmant que des enfants auraient fui les centres d'accueil.

Après la démolition du camp de migrants de la «jungle» de Calais, environ un tiers des 179 enfants suivis par l'ONG Refugee Youth Service auraient disparu.

«Nous sommes découragés : les enfants, les réfugiés les plus vulnérables ont disparu après l'éviction chaotique de Calais. Il est particulièrement inquiétant que la sonnette d'alarme n'ait pas été tirée», confie Josie Naughton, la cofondatrice de l'association sur son site internet.

«Nous craignons désormais que ces enfants disparus ne soient pas pris en charge par les services de l'Etat mais récupérés par les trafiquants et les passeurs», ajoute t-elle.

Les autorités françaises s'étaient engagées à reloger dans des centres d'accueil les personnes se retrouvant démunies après la destruction du camp illégal et Londres avait promis d'accueillir une partie des migrants mineurs ayant des proches au Royaume-Uni d'ici Noël.

«Les deux gouvernements doivent assumer la responsabilité des mineurs et leur assurer une protection adéquate pour faire en sorte qu'ils soient correctement protégés, conformément à la convention des Nations unies sur les droits de l'enfant», conclut la responsable de l'association

Lire aussi : Des migrants mineurs issus de la «Jungle» de Calais seraient forcés à ramasser des fruits

Après la démolition du camp de Calais, quelques 1 500 enfants ont été placés dans des centres d'accueil. Mais beaucoup ont fui et disparu dans la nature. L'ONG Safe Passage UK explique qu'ils se plaignaient de leurs conditions de vie. L’organisation a fait état notamment de cas de travail forcé et d'enfants contraints de vivre en compagnie d'adultes. Après les avoir interrogés, elle a affirmé qu'ils se sentaient enfermés dans ces centres.

Le sort des migrants mineurs est un problème de longue date selon différentes associations, en mars dernier déjà, des cas de viols avaient été signalés

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix