«Toujours le choix» : le gouvernement lance une campagne 2.0 contre la radicalisation des jeunes

- Avec AFP

«Toujours le choix» : le gouvernement lance une campagne 2.0 contre la radicalisation des jeunes© Dado Ruvic Source: Reuters
Une représentation en 3D des logos de Twitter, Facebook et YouTube devant un drapeau de l'Etat islamique. Daesh utilise les réseaux sociaux à des fins de propagande

Un nouveau dispositif anti-djihadiste en direction de la jeunesse a été inauguré par le Premier ministre français, Manuel Valls. Les autorités souhaitent combattre la radicalisation et l'endoctrinement des jeunes sur internet.

Lire aussi : En seulement huit mois, le nombre de mineurs français radicalisés a bondi de 121%

«Une véritable bataille culturelle», s'est exclamé Manuel Valls le 18 novembre. Le Premier ministre a présenté à Matigon la nouvelle campagne «Stop djihadisme» baptisée «Toujours le choix» et visible sur le site toujourslechoix.fr.

Le Premier ministre a indiqué vouloir «casser la propagande qui prend la forme d'un néoromantisme moisi». Il a souligné : «La résilience de notre corps social passe par cette narration parce qu'il faut donner un sens. A ce qui fait nation, société, pourquoi nous sommes français, mais aussi sur ce qu'est cette dérive».

Le nouveau dispositif 2.0 doit appuyer la lutte contre l'embrigadement djihadiste en s'adressant directement aux jeunes par les mêmes canaux numériques que les recruteurs de candidats aux djihad.

La campagne gouvernementale présente deux histoires réalistes, tournées en vidéo subjective : Emma, jeune fille radicalisée après avoir été séduite par un recruteur djihadiste qui la convainc de partir en Syrie. Et Mehdi, jeune homme tombé aux mains de recruteurs qui le manipulent durant des mois.

Dans un parcours interactif en vidéo, façon jeu de rôle, l'internaute peut à chaque étape choisir s'il poursuit conformément aux propositions d'un recruteur, ou s'il écoute les conseils d'amis ou les témoignages de proches ou de victimes de djihadistes.

Le message fort du dispositif : «Se radicaliser, c'est détruire sa famille, sa vie et celle des autres», est distillé au travers de chaque étape jusqu'à ce qu'Emma finisse mariée de force en Syrie et que Mehdi commette un attentat en France.

Lire aussi : 18% des 15 000 islamistes surveillés par les autorités françaises sont mineurs

Lors de la présentation, le Premier ministre a également appelé à la mobilisation des grandes entreprises du numérique, des responsables religieux et de la communauté musulmane, ou encore des associations, car selon lui : «Les pouvoirs publics ne peuvent pas y arriver seuls.»

Lire aussi : Quatre mosquées soupçonnées de radicalisation fermées en région parisienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.