Un trio Trump-Poutine-Le Pen serait «bon pour la paix dans le monde», selon la présidente du FN

Un trio Trump-Poutine-Le Pen serait «bon pour la paix dans le monde», selon la présidente du FN © Capture d'écran Twitter, @BBCWillVernon

En cas d'accès à l'Elysée, la présidente du Front national considère qu'elle contribuerait à rendre la planète plus sûre en travaillant main dans la main avec ses homologues américain et russe, Donald Trump et Vladimir Poutine.

Alors que des journaliste lui demandaient si, en cas de victoire à l'élection présidentielle française de 2017, elle formerait un trio de leaders mondiaux avec le président américain fraîchement élu Donald Trump et le chef d'Etat russe Vladimir Poutine, Marine Le Pen a sobrement répondu, selon l'agence Reuters : «Cela serait une bonne chose pour la paix mondiale».

La présidente du Front national (FN), qui entend démentir les sondages à la manière des partisans du Brexit et du candidat républicain à la Maison Blanche, s'est notamment épanchée sur sa vision des relations internationales pour la France, lors de l'inauguration de son nouveau QG de campagne, mercredi 16 novembre : «Si je suis élue présidente, la France aura de bonnes relations avec la Russie», a par exemple répété la dirigeante frontiste. Celle-ci, en effet, est notamment favorable à un rétablissement des relations avec Damas, à contre-courant de la politique actuelle du Quai d'Orsay sur le dossier syrien, qui envenime les relations entre Paris et Moscou. Une position sur le conflit syrien, à laquelle adhère également Donald Trump, comme en témoignent ses récentes déclarations sur une coupure de l'aide américaine aux rebelles syriens. En d'autres termes, le trio Trump-Poutine-Le Pen, sur ce dossier au moins, devrait être en mesure de travailler dans la même direction...

Quelques jours après l'élection du président américain, qui s'était distingué par son discours anti-immigration et anti-libre-échange durant la campagne, Marine Le Pen a également estimé que le contexte mondial était propice à l'essor de sa formation politique. «Un mouvement mondial est à l'œuvre. Il s'agit d'un mouvement de rejet de la mondialisation non contrôlée, de l'ultra-libéralisme destructeur [...], de l'élimination des Etats-nations et de l'effacement des frontières», a-t-elle assuré, affirmant aussi que les idées et les forces qui avaient conduit aux succès du Brexit et de Donald Trump pouvaient également la porter jusqu'à l'Elysée.

Lire aussi  : Marine Le Pen : «en France aussi le peuple peut renverser la table des élites»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales