La présidente d'Act Up condamnée pour injure envers la Manif pour Tous

- Avec AFP

La présidente d'Act Up condamnée pour injure envers la Manif pour Tous© John Schults Source: Reuters
Défilé des partisans de la Manif pour Tous à Paris en octobre 2014

La présidente d'Act Up, Laure Pora, a été condamnée le 2 novembre en appel pour injure à l'encontre de la Manif pour tous. C'est la première fois que la justice donne raison à la Manif pour Tous dans ce genre d'affaire.

L'avocate de la présidente d'Act Up, Karine Géronimi, a estimé que la condamnation de sa cliente était «particulièrement injuste», «pour moi, il n'y avait pas d'injure». De son côté, l'avocat de l'association de la Manif pour tous, Henri de Beauregard, a indiqué : «Qualifier la Manif pour tous d'homophobe est une infraction pénale.»

Lors d'une action le 4 août 2013, des militants d'Act Up, une association de lutte contre le sida avaient organisé une action coup de poing contre la fondation Jérôme-Lejeune qui soutient la recherche sur la trisomie et la lutte contre l'avortement. La présidente de la Manif pour Tous, Ludovine de la Rochère, était d'ailleurs salariée de cette fondation.

Les activistes avaient jeté des préservatifs remplis de faux sang sur la façade de la fondation et placardé des affiches portant le logo de la Manif avec des slogans tels que «Shame», «Homophobe», «La Manif pour Tous, homophobe»

La présidente d'Act Up condamnée pour injure envers la Manif pour Tous© Guillaume Bonnet Source: AFP
Une affiche ciblant Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, placardée sur le locaux de la fondation Jérôme-Lejeune en 2014

En première instance, la plainte de la Manif pour tous avait été jugée irrecevable pour un problème de procédure. La cour d'appel de Paris a eu une appréciation différente et a condamné la présidente d'Act Up à verser à la Manif pour Tous 800 euros de dommages et intérêts et s'acquitter des 1 500 euros de frais de justice.

C’est une première pour la Manif pour Tous, qui vient contredire la jurisprudence Jean-Pierre Michel. A l'époque, le sénateur en charge du projet de loi sur le mariage pour tous avait été assigné pour diffamation par la Manif pour Tous. Il avait, aux yeux de l'association, tenu contre elle des propos à charge, l'estimant coupable de «la pire des homophobies». Sa non-condamnation avait alors ouvert la voie à la multiplication des accusations d'homophobie à l'encontre de la Manif pour Tous.

Lire aussi : Suite à des menaces contre son cortège, la Manif pour tous porte plainte pour apologie du terrorisme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»