Le démantèlement de la Jungle à Calais est terminé : retour sur les moments forts

Le démantèlement de la Jungle à Calais est terminé : retour sur les moments forts© Pascal Rossignol Source: Reuters
Un migrant marchant parmi les débris de la «Jungle», le 28 octobre.

Après cinq jours d'opérations, le démantèlement du camp illégal de migrants situé dans le Nord de la France s'est achevé le 31 octobre, avec la destruction des derniers abris.

La Jungle de Calais, c'est terminé ! D'après l'agence AFP, les derniers abris de fortune ont en effet été rasés par les autorités, le 31 octobre, aux alentours de 17h15.

Longtemps repoussé, le démantèlement de ce camp illégal de migrants avait été entamé une semaine plus tôt, avec l'évacuation d'une partie des quelque 6 000 personnes qui y vivaient alors.

Plusieurs incendies s'étaient propagés sur le site au cours de la deuxième journée de démantèlement, alors que les travaux de démolition des logements avaient été enclenchés.

Le feu avait pris sur le site dans la nuit du 25 au 26 octobre, ravageant un bâtiment et blessant légèrement un migrant syrien.

Une vague d'incendies que le préfet du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, avait présentée comme... une «tradition» des migrants – provoquant, par ces propos, l'indignation de nombreux responsables de droite.

3 000 migrants de l'ex-Jungle vivent désormais dans des campements illégaux à Paris

Du fait de la destruction de la Jungle, l'Etat a prévu de conduire les migrants privés d'abris dans des centres d'accueil officiels répartis sur l'ensemble du territoire français – hormis la Corse et l'Ile-de-France.

Le plan des autorités, néanmoins, ne semble pas se dérouler tout à fait comme prévu : d'une part, environ 3 000 migrants calaisiens ont rejoint les campements clandestins de la capitale, en particulier autour du quartier de Stalingrad.

D'autre part, de nombreux migrants mineurs non accompagnés se retrouveraient encore sans refuge à l'issue de la destruction du camp de Calais, ont prévenu en fin de semaine dernière des organisations humanitaires.

Lire aussi : Charente-Maritime : la moitié des migrants de Calais accueillis dans un centre ont disparu

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.