Quand le site satirique belge Nordpresse devient drôle... sans le vouloir

Quand le site satirique belge Nordpresse devient drôle... sans le vouloir

Suite à un de nos articles relatant l'histoire d'un réfugié syrien installé en Allemagne avec ses 4 femmes et 23 enfants, le site satirique Nordpresse a cru bon de dénoncer une «manipulation» de notre part. Petite mise au point, preuves à l'appui.

Nous avons publié, le 25 octobre dernier, un article revenant sur l'histoire d'un réfugié ayant fui la Syrie avec ses 4 femmes et ses 23 enfants, ainsi que sur la polémique suscitée par son cas et par une estimation des allocations auxquelles il aurait eu droit. Le site satirique belge Nordpresse, dans un article plein de fougue, s'est mis en tête de dévoiler la «manipulation orchestrée» par nos soins.

Pour peu que l'on s'accorde un peu de rigueur, aucun des arguments sur lesquels se fonde l'attaque de Nordpresse ne tient la route. Reprenons ceux-ci un par un.

  • «Un article de RT en francophonie nous conte l’histoire d’un réfugié syrien qui aurait 23 enfants»

Il ne s'agit pas de «conter» une «histoire», mais de rendre compte d'un article paru dans le journal Bild (journal le plus diffusé en Europe), ainsi que des réactions suscitées en Allemagne, notamment sur internet.

Cette information provient à l'origine du journal régional Rhein Zeitung, mais elle a été reprise depuis par plusieurs médias en Allemagne mais également à l'étranger, par le Daily Mail ou le Sun, par exemple.

Nordpresse choisit de mettre en doute le nombre d'enfants en utilisant le conditionnel («qui aurait 23 enfants»), sans doute pour mettre en cause la fiabilité de l'information que nous rapportons. Ce chiffre est pourtant d'autant moins contestable que Bild a rencontré le père de famille en question : ce dernier a accepté de répondre aux questions du journal pour décrire son quotidien avec 23 enfants.

  • «Le montant sort de nulle part, sans aucune justification et serait du syndicat patronal»

Nordpresse se contredit en l'espace de quelques mots : ce montant ne sort pas de «nulle part», puisqu'il émane justement d'un syndicat patronal. Il s'agit du Deutscher Arbeitgeber Verband, qui se présente comme «un consortium fédéral d'entrepreneurs et de décideurs issus des milieux de l'entreprise, ainsi que de personnalités du monde de la science, de la recherche et de la politique».

Dans un article consultable ici, Hubert Königsstein, expert en questions fiscales, estime ainsi le montant des aides perceptibles avec 23 enfants à charges à 360 000 euros. Un montant important, qui mériterait d'être discuté et que l'on peut tout à fait contester ou cautionner. Notre article se contente de le mentionner, en précisant qu'il n'a rien d'officiel... ce que le site satirique belge finit d’ailleurs par avouer : «Même RT le concède, le montant est indicatif.»

  • «L'article allemand ne parle pas d'allocations»

Nordpresse semble nous reprocher le fait de relayer une information qui ne figurerait pas dans l'article du Bild. Or nous n'avons jamais prétendu le contraire, rappelant le caractère estimatoire de ce montant.

Résumons la situation. Nous publions un article concernant le cas d'un réfugié, traité dans la presse locale et nationale allemande. Nous faisons état de la polémique que suscite sur internet sa situation, et précisons que l'estimation chiffrée que nous évoquons est purement indicative, tout en mentionnant nos diverses sources.

«Manipulation totale, populisme, peur, haine», conclut Nordpresse, sans crainte de verser dans la caricature, et nous gratifiant d'une petite insulte au passage «bisous les con-frères».

Ces quelques clarifications suffiront sans doute à dissiper tout malentendu qui nous attribuerait la paternité d'une «manipulation orchestrée». Elles démontrent en tout cas que Nordpresse est bien meilleur dans son rôle de site satirique que lorsqu'il se laisse emporter par des tentations complotistes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.