Paris : un nouveau tag anti-policiers découvert sur le campus de Jussieu

La façade du campus de Jussieu de l'université Paris-VI (Pierre-et-Marie-Curie).© Capture d'écran Google Street View.
La façade du campus de Jussieu de l'université Paris-VI (Pierre-et-Marie-Curie).

Une semaine après la vive réaction du gouvernement à la découverte de tags appelant au meurtre de policiers dans l'université Panthéon-Sorbonne, une nouvelle inscription «anti-flics» est apparue dans un établissement parisien – cette fois Jussieu.

«Un bon flic est un flic mort» : il aura fallu moins d'une semaine après le scandale des graffitis anti-policiers de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour qu'un nouveau tag du même type soit découvert. Le soir du lundi 17 octobre, rapporte Le Parisien, les policiers du commissariat du Ve et VIe arrondissement ont en effet constaté l'existence d'un nouveau tag appelant au meurtre de policiers, dans un couloir du campus de Jussieu de l'université Paris-VI (également appelée Université Pierre-et-Marie-Curie).

Sous la phrase en français était inscrit l'acronyme anglais «ACAB» («All cops are bastards», soit «Tous les flics sont des bâtards»).

A l'issue de cette découverte, une enquête a été confiée aux commissariats des Ve et VIe arrondissements, mais pourrait, selon Le Parisien, être transmise à la Police judiciaire parisienne, prenant déjà en charge l'affaire des graffitis de la semaine dernière.

Mardi 11 octobre, des inscriptions «anti-flics» avaient été trouvées dans l'enceinte de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, provoquant notamment l'indignation du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem. L'incident était survenu quelques jours après une violente attaque aux cocktails Molotov contre des représentants des forces de l'ordre à Viry-Châtillon (Essonne), qui avait blessé quatre policiers, dont deux grièvement.

Lire aussi : La violence contre les policiers en hausse en France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales