«Jungle» de Calais : l'interprète d'un journaliste aurait été violée par des migrants

- Avec AFP

Manifestation en faveur des réfugiés à Calais © Pascal Rossignol Source: Reuters
Manifestation en faveur des réfugiés à Calais

Une interprète en pachtoune qui accompagnait un journaliste freelance de télévision dans la «Jungle» de Calais a été violée dans la nuit du 17 au 18 octobre «a priori» par un migrant, a-t-on appris auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer.

Entre 2h et 3h du matin, un journaliste et son interprète réalisaient un reportage pour France 5 sur les mineurs isolés dans la «Jungle» de Calais lorsqu'ils ont été pris à partie aux abors du camp. Leurs agresseurs auraient été «a priori trois migrants [afghans] selon les déclarations des victimes» et auraient d'abord voulu voler leur matériel, selon cette source judiciaire.

Lire aussi : Calais : un journaliste de RT attaqué par un groupe d’individus armés de couteaux

Puis, l'un de ces trois individus a obligé l'interprète à avoir un rapport sexuel sous la menace d'un couteau tandis que les deux autres maintenaient à distance, également avec un couteau, le journaliste de 42 ans.

Lorsque les trois personnes les ont laissé partir, le journaliste et son interprète se sont rendus au commissariat de Calais et l’interprète de 38 ans, originaire d'Afghanistan, a été prise en charge par le CHR de Calais.

Cette «équipe chevronnée préparait pour France 5, depuis plusieurs mois, une enquête sur les mineurs isolés de Calais», a confirmé une porte-parole de la chaîne, qui a apporté son soutien aux victimes.

Les trois agresseurs sont toujours recherchés, selon le parquet qui précise qu'une enquête a été ouverte confiée à l'antenne locale de la PJ.

Lire aussi : Deux journalistes agressés dans la Jungle de Calais alors qu'ils réalisaient un documentaire (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales