Le pape François accuse l'Education nationale française d'enseigner la théorie du genre

© Luca Zennaro/Pool Source: Reuters

Dénonçant une nouvelle fois la «colonisation idéologique» que représenterait la théorie du genre, le souverain pontife, rentrant à Rome d'un voyage dans le Caucase, a accusé les manuels scolaires français d'en faire la promotion.

Alors qu'il s'exprimait devant des journalistes dans un avion le ramenant à Rome depuis Bakou (Azerbaïdjan), dimanche 2 octobre, le chef de file de l'Eglise catholique a de nouveau pourfendu la théorie du genre, et plus particulièrement son enseignement dans les écoles... en France.

Pour illustrer son propos, le Saint-Père a raconté une anecdote rapportée par un père de famille français, dont le fils de 10 ans lui a annoncé, lors d'un repas de famille, qu'il souhaitait devenir une fille. «Le père s'est alors rendu compte que dans les livres des collèges, la "théorie du genre" continuait à être enseignée, alors que c'est contre les choses naturelles», a commenté le pape, selon l'agence AFP.

«Avoir des tendances homosexuelles ou changer de sexe est une chose [mais] faire un enseignement dans les écoles sur cette ligne» en est une autre, a poursuivi l'évêque de Rome, qui a pointé du doigt une volonté de changer les mentalités et une «colonisation idéologique».

Il avait tenu la veille, samedi 1er octobre, des propos similaires devant des membres de la communauté catholique de Géorgie : «Aujourd'hui, une guerre mondiale est menée pour détruire le mariage», avait-il déclaré en faisant référence à la théorie du genre.

Cette dernière est notamment basée sur l'idée selon laquelle les genres masculin et féminin sont de pures constructions sociales, ce qui impliquerait que chaque individu devrait pouvoir s'identifier au genre de son choix, sans tenir compte de considérations biologiques.

Najat Vallaud-Belkacem et NKM contestent les accusations du pape

Peu après la révélation des propos du pape sur l'enseignement de la théorie du genre dans les manuels français, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a fait savoir qu'elle «regrettait» la parole «légère et infondée» du chef de file de l'Eglise catholique. S'exprimant sur la radio France Inter, la membre du gouvernement a déploré le fait que sur des sujets «aussi sérieux», des «intégristes» entraînaient le pape dans leur «folie mensongère».

Une réaction saluée sur Twitter par le premier adjoint à la mairie de Paris, Bruno Julliard (Parti socialiste).

Les commentaires de Najat Vallaud-Belkacem sont en revanche apparus disproportionnés à l'abbé Grosjean, qui a contesté la capacité du pape à être influencé par des intégristes.

Les propos du souverain pontife ont néanmoins suscité la perplexité, également, de la candidate à la primaire de la droite Nathalie Kosciusko-Morizet. Sur les ondes d'Europe 1, celle-ci a déclaré qu'elle considérait que le pape était «allé un peu vite en besogne». «Les manuels scolaires je les regarde de près, j'ai deux petits garçons qui ont 11 ans et sept ans [...] et je n'ai jamais rien trouvé qui ressemble à la théorie du genre», a expliqué la députée de l'Essonne.

L'Education nationale française régulièrement accusée de promouvoir la théorie du genre

Peu avant la rentrée scolaire 2011, une polémique avait éclaté au sujet de chapitres de manuels scolaires consacrés à la théorie du genre. Les manuels en question respectaient une circulaire du ministère de l'Education nationale fixant le contenu du programme de Sciences de la vie et de la Terre, qui indiquait que celui-ci devait contenir un chapitre intitulé «Devenir homme ou femme».

Par la suite, sous la présidence de François Hollande, le gouvernement socialiste a été accusé à de nombreuses reprises par des associations ou médias de vouloir faire enseigner la théorie du genre aux écoliers français – ce dont il s'est toujours défendu. En 2013, notamment, l'éditorialiste du Figaro Yves Thréard avait accusé Najat Vallaud-Belkacem (alors ministre des Droits des femmes) de faire «de l'introduction de la théorie du genre à l'école l'un de ses combats». Un an plus tard, en janvier 2014, une campagne lancée par la militante antiraciste Farida Belghoul avait appelé les parents d'élèves à retirer ceux-ci des écoles publiques, au motif que le programme d'enseignement «ABCD de l'égalité» (visant à lutter contre le sexisme et les stéréotypes), mis en place par l'Education nationale, promouvrait la théorie du genre.

Lire aussi : Allemagne : les collégiens devront-ils bientôt simuler des sodomies en cours ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales