Drôme : le maire d'Allex renonce à un référendum sur un centre d'accueil de migrants jugé illégal

Photographie d'illustration© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP Source: AFP
Photographie d'illustration

Le maire d'Allex a enterré son projet de référendum local sur le centre de réfugiés ouvert par l'Etat près de la commune, se pliant ainsi à la décision du tribunal administratif de Grenoble.

«C'est devant l'intransigeance de l’Etat et par la contrainte que j'annule le scrutin qui était prévu ce dimanche [le 2 octobre 2016]», a annoncé avec amertume le maire sans étiquette d'Allex, Gérard Crozier, lors d'une conférence de presse le 1er octobre, rapporte l'agence AFP. «J'ai outrepassé volontairement mon niveau de compétence, j'ai voulu faire en sorte que la démocratie s'exprime», a expliqué l'élu local, en faisant référence au référendum qu'il avait prévu d'organiser dans sa commune, le 2 octobre, afin que ses habitants se prononcent au sujet du centre d'accueil et d'orientation pour 50 migrants, ouvert par l'Etat dans un château situé à proximité. «Les Allexois et les Allexoises sont bâillonnés», a déploré l'édile.

Le 13 septembre, le conseil municipal de la petite ville de la Drôme avait voté, à l'unanimité, en faveur de l'organisation du référendum en question. La préfecture du département avait alors saisi le tribunal administratif de Grenoble, qui s'est finalement opposé dans une décision, datant du 30 septembre, à la tenue du scrutin. Il invoque que l'accueil des migrants se trouve être du ressort de l'Etat et non de la commune. Gérard Crozier a dénoncé un «acharnement de la préfecture», rappelant que celle-ci avait déposé trois requêtes, dont deux en urgence, auprès du tribunal administratif.

La tentative du maire d'Allex fait écho à l'appel du président Les Républicains (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, invitant les élus locaux à refuser l'accueil de migrants provenant de Calais sur leur commune, afin d'empêcher la prolifération de nouvelles Jungles.

D'après le plan de répartition des migrants sur le territoire français prévu par le gouvernement, la région Auvergne-Rhône-Alpes doit en accueillir très exactement 1 784.

Lire aussi : Alpes du sud : les habitants d'un village destiné à accueillir 100 migrants exigent un référendum

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales