La campagne de Sarkozy de 2007 aurait bien été financée par la Libye de Kadhafi

Mouammar Kadhafi, lors de sa visite en France en 2007© Jacky Naegelen Source: Reuters
Mouammar Kadhafi, lors de sa visite en France en 2007

Un nouveau document détenu par la justice française vient relancer les soupçons de financements libyens de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, alors que celui-ci est en campagne pour tenter de ravir la primaire républicaine.

Au moins 6,5 millions d'euros auraient été donnés par des membres du gouvernement de Mouammar Kadhafi à Nicolas Sarkozy pour le financement de sa campagne présidentielle de 2007 selon Mediapart, qui fait état de l'existence d'un carnet ayant appartenu à un dignitaire libyen dans lequel les versements à l'ex-président ont été consignés.

Le carnet, qui était détenu par l'ex-Premier ministre libyen puis ministre du Pétrole Choukri Ghanem, retrace au moins trois versements différents opérés par trois personnalités du régime libyen, pour un total de 6,7 millions d'euros. Le carnet fait aussi état d'une réunion s'étant tenue le 29 avril 2007, soi dans l'entre-deux tours de la présidentielle, au cours de laquelle l'équipe de Nicolas Sarkozy aurait fait état d'une impatience toute particulière concernant le versement des fonds.

Choukri Ghane, qui avait quitté le pays en juin 2011 en pleine guerre de Libye, avait été retrouvé mort dans le Danube en 2012. L'enquête avait conclu à une mort naturelle par infarctus.

«Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale»

Le 16 mars 2011, soit trois jours avant le déclenchement de l'intervention française et de ses alliés en Libye, le fils de Mouammar Kadhafi Saïf al-Islam accusait Nicolas Sarkozy d'avoir reçu de l'argent de la Libye. «Tout d'abord, il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. La première chose que l'on demande à ce clown, c'est de rendre l'argent au peuple libyen. Nous lui avons accordé une aide afin qu'il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. Rendez-nous notre argent. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement», avait-t-il affirmé.

Lire aussi : Une source militaire confie à Reuters que Saïf Al-Islam Kadhafi est toujours en prison

Mais les révélations se sont arrêtées là, et ces menaces sont restées lettre morte. Dans le même temps, la coalition occidentale menée par la France et le Royaume-uni a entamé une intervention militaire en territoire libyen qui a abouti à la chute de Mouammar Kadhafi.

Un financement qui pourrait atteindre la somme de 50 millions d'euros

Un document, publié le 28 avril 2012 par Mediapart, soit lors de l'entre-deux-tours de la présidentielle, faisant état d'un accord de principe de versement de 50 millions d'euros à Nicolas Sarkozy, a néanmoins relancé l'intrigue. Ce document était attribué à Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignement extérieur de la Libye, aujourd'hui en exil. L'ex-président avait porté plainte pour faux et diffusion de fausse nouvelle, mais a été débouté par la justice fin mai 2016.

En 2013, une information judiciaire a été ouverte suites aux déclaration de Ziad Takieddine, homme d'affaire proche de l'ex-président, qui avait affirmé que Nicolas Sarkozy avait bénéficié de l'ancien guide suprême libyen. C'est dans le cadre de cette enquête que ce carnet a été récupéré par la justice française.

La nouvelle révélation de Mediapart émerge au moment où l'ex-président se démène en pleine campagne des primaires à droite, qui désignera le candidat républicain à la prochaine élection présidentielle.

Lire aussi : Parlement britannique : «le changement de régime était le vrai but de l'opération en Libye»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales