Beaupréau : 7000 habitants et un terroriste

Merouane Benahmed, ex-terroriste, réside à Beaupréau dans le Maine-et-Loire depuis novembre© Capture d'écran du site Sud Ouest
Merouane Benahmed, ex-terroriste, réside à Beaupréau dans le Maine-et-Loire depuis novembre

Beaupréau dans le Maine-et-Loire accueille depuis le mois de novembre un terroriste condamné à dix ans de prison. Sa présence dans la paisible commune de 7000 habitants dérange. Le maire a écrit au ministre de l'Intérieur, les habitants s'agacent.

Un ex-terroriste à Beaupréau. Une situation impensable tant la commune paraît tranquille : 7 000 habitants, ses cafés, ses écoles, son club de foot... Mais depuis que la petite ville du Maine-et-Loire a été choisie pour acceuillir un ex-terroriste en résidence surveillée, c'est un peu l'ébullition.

Qui est-il ?

Il faut dire que le pédigrée judiciaire de Merouane Benhamed, 43 ans, ne laisse pas indifférent. Ex-membre du Groupe Islamiste Armé (GIA) algérien, il est responsable de plusieurs attentats sanglants dans son pays, qu'il a fui en 1999 et où il a d'ailleurs été condamné à mort par contumace. En France, il a également écopé de dix années de prison dans une affaire dite des «filières tchétchènes». Il est accusé d'avoir fomenté un projet d'attentat dans la capitale. Ses cibles présumées de l'époque étaient l'ambassade de Russie à Paris, un grand magasin à Châtelet-les-Halles ou encore la Tour Eiffel. 

Pourquoi Beaupréau ?

Libéré en 2011, Merouane Benahmed aurait dû quitter la France dès sa sortie de prison, sa condamnation précisant qu'il était désormais «interdit de séjour sur le territoire français». Une mesure que les autorités ne sont pas parvenues à mettre en oeuvre. En effet, condamné à mort dans son pays, l'Algérie, l'ex-terroriste est «inexpulsable» selon la cour européenne des Droits de l'Homme. Merouane Benhamed est donc condamné à rester... en France, en résidence surveillée.

Depuis sa libération, l'ex-terroriste a ainsi séjourné dans le Gers, en Savoie ou encore à Saint-Pierre d'Oléron. Une errance voulue par les services de l'Etat qui le surveillent de très près. Il doit pointer à la gendarmerie quatre fois par jour et ses nuitées d'hôtel sont prises en charge dans leur totalité par l'Etat.

Des élus agacés, des villageois choqués

Arrivé en toute discrétion dans le Maine-et-Loire en novembre, les habitants du village n'ont réellement appris le passé judiciaire de Merouane Benhamed qu'il y a quelques semaines, après une fuite dans le journal local Le Courrier de l'Ouest.

Les élus de la commune ont eux été informés la veille de son arrivée. Aujourd'hui, le maire Gérard Chevalier a décidé d'écrire au ministre de l'Intérieur: «Nous n'avons pas de remarque à faire sur son comportement, ni d'avis à émettre sur les raisons qui l'ont conduit ici. Mais depuis les événements à Charlie hebdo, sa présence suscite de l'émoi voire de l'indignation et nous estimons qu'après six mois, il est temps de passer le relais».

Côté habitants, c'est en fait l'agacement qui prévaut. Mario Dos Santos tient le bar PMU de la ville, il a répondu à RT: «On voit bien que tout cela nous dépasse. S'il est là, c'est sans doute qu'ils ne savent pas quoi en faire à Paris. Mais ce qui nous choque ici vraiment, c'est que son hôtel, ses frais, tout soit pris en charge par l'Etat. Il y a sans doute d'autres choses à faire avec cet argent, non ?»

«ce qui nous choque ici vraiment c'est que son hôtel, ses frais, tout soit pris en charge par l'Etat. Il y a sans doute d'autres choses à faire avec cet argent, non ?»

Combien de «Merouane Benahmed» en France ?

Aujourd'hui en France, ils seraient neuf hommes, selon RTL, de 23 à 54 ans à se trouver dans la même situation que Merouane Benhamed. Assignés à résidence aux frais de l'Etat, inexpulsables car en danger de mort dans leurs pays d'origine ou poursuivis dans d'autres affaires. Etroitement surveillés, ils ont tout de même accès au téléphone, à internet et peuvent recevoir qui ils veulent.

En février dernier, interrogé par Europe 1, Merouane Benahmed s'était plaint de vivre ainsi «dans une prison à ciel ouvert». Mais à la question de savoir s'il regrettait son passé djihadiste, il avait répondu «non, jamais».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales