C'est la rentrée ! Hollande annonce une réforme du lycée, et fait un flop sur internet

François Hollande dans une école d'Orléans le 1er septembre Source: Reuters
François Hollande dans une école d'Orléans le 1er septembre

Après les réformes controversées de l'école primaire et du collège, le président a annoncé son prochain chantier le jour de la rentrée scolaire, laissant les internautes et politiques circonspects.

Lors de sa visite d'une classe de primaire à Orléans, François Hollande a annoncé qu'une réforme du collège serait engagée, visant notamment à «mieux assurer la transition entre le lycée et l'enseignement supérieur».

Mais des élus du Parti de Gauche, dont Paul Vannier voient déjà «l'idéologie libérale» créatrice d'une «école au rabais» se profiler.

Lire aussi : Hollande pensait que la loi travail passerait «comme une lettre à la poste»

Luc Ferry, ex-ministre de l'Education sous la précédente présidence, a espéré que cette réforme ne devienne pas une nouvelle «entreprise de destruction».

Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, a lui exprimé le fait que François Hollande faisait preuve d'«humour potache» en annonçant cette réforme. Etant donné qu'il ne serait pas en mesure d'être réélu, il n'aurait pas le temps de la mener à bien.

Lire aussi : Prime aux enseignants : «C’est indigne, scandaleux et assez honteux de la part d’un président»

Elue locale LR à Nanterre, Camille Bedin voit dans cette réforme un débat «idéologique, clivant et inutile».

Une enseignante, syndiquée SNES, a d'ores et déjà anticipé la mobilisation contre la réforme à venir en lançant un nouveau hashtag:

Lors de son allocution, le chef de l'Etat a longuement défendu son bilan en matière d'éducation, en particulier les réformes controversées des rythmes scolaires et du collège. «L’école ne peut pas rester immuable», a-t-il répondu aux critiques. François Hollande a de nouveau assuré que sa promesse emblématique de créer 60 000 postes dans l'enseignement pendant son quinquennat serait tenue.

Lire aussi : Après un refus du Conseil d'Etat, nouveau décret du ministère sur les rythmes scolaires

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales