Pour le préfet du Rhône, les tags anti-islam rappellent les «méthodes» d'avant la Nuit de Cristal

Le préfet lors de sa visite à la mosquée de Lyon© Capture d'écran Twitter @TLMLyon
Le préfet lors de sa visite à la mosquée de Lyon

Le préfet du Rhône Michel Delpuech a assimilé, lors de sa visite de la mosquée de Bron, les tags anti-musulmans découverts cette semaine dans l'agglomération lyonnaise aux «méthodes qui conduisirent les nazis à la Nuit de Cristal».

«Je condamne [...] ces actes ignobles qui, en désignant à la vindicte votre communauté, rappellent, ni plus ni moins, les méthodes qui conduisirent les nazis à la Nuit de Cristal», a déclaré Michel Delpuech, lors d'un discours prononcé à la Grande mosquée de Lyon, où il a également demandé avec insistance aux fidèles de «lutter contre les dérives radicales» dans l'islam.

Pogrom contre les juifs mené en novembre 1938, la Nuit de Cristal avait été présentée par les nazis comme une réaction populaire à l'assassinat à Paris d'un diplomate allemand par un juif polonais.

Une inscription menaçante – «dehors ou la mort» – a été tracée sur le muret clôturant la mosquée de Bron, près de Lyon, dans la nuit du 19 au 20 juillet, suscitant l'indignation des représentants de la communauté musulmane locale. D'autres inscriptions racistes et anti-musulmanes ont été découvertes en fin de semaine, dans le quartier de la Part-Dieu, selon des médias locaux.

«Les musulmans ont peur», a déclaré à la presse Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon. «Parce que je vois pour la première fois des propos de mort écrits sur les murs de nos mosquées, sur les murs de la ville.»

«Les musulmans sont victimes de la double peine. D'un côté Daesh qui les menace et qui les tue et de l'autre des extrémistes qui veulent attenter à nos vies», a-t-il déploré, notant que plus de 30 personnes de confession musulmane sont mortes lors de l'attentat de Nice perpétré le 14 juillet par un Tunisien radicalisé, qui a fait 84 victimes. L'Etat islamique a revendiqué son action dans un communiqué publié quelques jours plus tard.

Lire aussi : Minute de silence à Nice : un homme demande à une femme de «retourner où elle est née» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales