Dispositif policier à Nice le 14 juillet : Cazeneuve ordonne une enquête administrative

- Avec AFP

La promenade des Anglais à Nice © Pascal Rossignol Source: Reuters
La promenade des Anglais à Nice

Le ministre de l'Intérieur a saisi la police des polices «d'une évaluation technique du dispositif de sécurité et d'ordre public» en place à Nice le soir du 14 juillet, au cœur d'une polémique à la suite de l'attentat qui a frappé la ville.

Cette enquête administrative de l'Inspection générale de la police nationale (IGPS) «permettra d'établir la réalité de ce dispositif, alors que des polémiques inutiles se poursuivent», a affirmé Bernard Cazeneuve dans un communiqué publié le 21 juillet, évoquant une «démarche de transparence et de vérité».

La thèse d'un sous-effectif des forces policières le soir de la tuerie à Nice a été confirmée par le Canard enchaîné du mercredi 20 juillet, qui s'est procuré les comptes-rendus de deux réunions de la préfecture des Alpes-Maritimes, du 28 juin et du 7 juillet, durant lesquelles la sécurisation de la fête nationale avait été planifiée. D'après le journal, la préfecture a évoqué durant ces réunions des «effectifs de police municipale et de police nationale contraints» dans la ville.

De plus, selon Libération, un seul véhicule de police était déployé sur la chaussée. Le journal, qui se base sur une source policière ayant pu visionner des images de vidéosurveillance de la Promenade des Anglais, affirme qu'«un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer». Une version qui contredit celle de la préfecture des Alpes-Maritimes.

Lire aussi : Sous-effectifs, barrages partiels... Les failles du dispositif de sécurité du 14 juillet à Nice

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales