Le gouvernement «persona non grata» à Avignon selon un collectif de salariés

- Avec AFP

Le gouvernement «persona non grata» à Avignon selon un collectif de salariés© Capture d'écran du compte de Twitter

Un collectif de salariés du Festival d'Avignon a déclaré «persona non grata» tout membre du gouvernement qui se rendrait dans les salles du festival In d'Avignon, selon un communiqué.

Dans le cadre de la lutte contre la loi Travail et suite à l'assemblée générale du 12 juillet, les salariés du Festival ont été invités à se positionner sur le fait de décréter persona non grata tout membre du gouvernement qui souhaiterait assister aux spectacles du Festival In d'Avignon, indique le communiqué.

88% des 125 votants ont voté en faveur de cette motion, soit 111 «oui», 10 «non»  et 4 «blanc».

«Il ne s'agit pas d'empêcher les spectacles de se tenir, mais de ne pas débuter un spectacle tant que le membre du gouvernement présent n'aura pas quitté la salle», a indiqué un membre du collectif joint par l'AFP.

Le collectif du «In»  a déjà organisé plusieurs votes en faveur de la grève pendant la préparation du Festival en juin, à l'occasion des journées nationales d'action contre la Loi Travail, entraînant des retards dans le montage de certains spectacles.

Selon le directeur délégué du Festival, Paul Rondin, 620 salariés et 20 stagiaires travaillent actuellement au festival, soit 640 électeurs potentiels. «Le nombre de votants pour le persona non grata représente donc 17,34% des équipes», a-t-il précisé.

La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a pu assister sans perturbation aux «Damnés» de Luchino Visconti pour la première, le 6 juillet.

Le 13 juillet, elle a également visité le Village du Off sans encombres, en dépit de la présence d'une dizaine de manifestants brandissant des pancartes «49.3».

Lire aussi : Des œufs et des sifflets pour les participants au meeting parisien de Macron (VIDEO)

Des manifestants chahutent la ministre de la Culture 

Une quinzaine d’intermittents étaient en effet réunis le long de la rue que la ministre de la Culture empruntait. Ils ont brandit des pancartes portant l'inscription «49.3» pour montrer leur désaccord concernant la loi Travail.

«Elle fait partie du gouvernement qui fait passer des 49.3 antidémocratiques et c'est honteux. Nous sommes à la fois dans le monde de la culture et concernés par la vie de la société», a fait savoir le metteur en scène, Franck Halimi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»